LE VEILLEUR

2112018

PHOTOS   DE PIERRE CLÉMENT 

 

Etre la pour ouvrir une porte

 

Le  veilleur

 

S’effacer  derrière  la fonction

Inutile d’avoir un prénom.

Etre la pour ouvrir une porte

Pour  que  la destiné soit  forte.

 

Veiller à  l’essor de l’être

Et  vite… disparaître !

Servir pour  l’avenir

Et  s’enfuir !

 

Ne pas  gêner  encore

Par trop de réconfort.

Faire semblant d’oublier

Le  plaisir  d’apprécier !

 

Ne pas charger la mémoire

Pour  laisser tout  l’espace  à  l’espoir.

Bien sur ne pas signer

Ne  pas accompagner !

 

L’empathie et le respect

Naissent dans le terreau

De nos pensées intérieures.

ils nous guident

vers  l’humilité.

 

Pleurer

C’est embrasser  la totalité

Des souffrances

Avec  lucidité  et silence

 

Je n’ai pas  d’autres intérêts

Que la brûlure  d’aimer

Sans condition !

 

Pour  laisser tout  l’espace  à  l’espoir

 

 




L’IMAGE DE PIERRE

7102018

Photographie  de PIERRE CLEMENT

TEXTE  Dédié à  ANNE  KA 

P1340814 (2) (1)

L’image  de Pierre

 

 

Les reflets nous ressemblent

Pourtant ils nous démembrent !

Les ombres  de cette balle

et de cette frêle enfant

cherchent leur idéal

par leur effacement .

 

 

Cette sphère  de fer

Pourrait être la terre ?!

Sortie  d’un  cœur de pierre !

cette enfant ingénue

sortie de l’inconnu

que  l’on espérait  plus !

 

 

cette image me fait du bien aussi

elle porte  l’espérance de vie.!

les nouveaux humains  sont  venus

et je les porte au nus !

ils se  sont révélés  cent fois

c’est l’avenir qui sait  pourquoi !

 

Cerf volant ou delta plane

Il  y a cet oiseau qui plane

Comme  la possibilité du  probable.

ils sont  si  merveilleux

ces enfants  demi  dieux !

il aura fallut  les horreurs du passé

pour  les  voir s’accoucher !

 

je vais  vieillir  heureux

de les sentir glorieux

redessiner  le temps

aussi  modestement.

nos descendants bien   nés

font  partie  de  l’été

de la planète sauvée !

 

 

P1340814 (2) (1)




MON FRÈRE

6092018

 

 

 

Photo 167

 

 

Mon  frère

 

Maxime le Forestier  nous  l’a  si bien  chanté

Que je n’oserai essayer  de le plagier.

Tu es mon frère  bien né

de sept ans  mon aîné !

 

Pendant toute mon enfance

Tu as su me chanter

L’histoire de mon pays

M’invitant à rêver.

 

Je pouvais  m’endormir

Avec la grande armée.

Fasciné par napoléon

Ou  rêvant de  Joséphine

La  coquine !

 

J’en ai gardé  le gout du vrai

Et l’essence  d’un profond  respect

Pour  les belles histoires  racontées

Quand  le  soir nous laisse  des regrets.

 

Tu as su remarquablement

Ne pas remplacer notre père absent.

Sens inné  de  l’intelligence

Subtilité de l’élégance !

 

Pendant soixante années

C’est mon âge  avancé.

Tu n’as jamais  dicté

L’une de tes volontés !

 

Je suis  pour toujours  ton frère

Essayant de rester sincère.

Je reste  là  à tes côtés

Fraternellement  attentionné !

 

 

Nous avons traversé  des  déserts

Touchés  des rivages plus qu’amers.

Nous avons  volontairement  survécu

A  des frayeurs inattendues.

 

Aujourd’hui

à cet instant précis

partageons ensemble

la  paix  qui nous ressemble

et nous rassemble !

 

 

Mes petites filles  rieuses

Ferment  la  porte  du passé.

Aujourd’hui pour  nous et nos enfants

E t tous nos futurs  descendants

L’avenir devient plus souriant  .

 

 

 

 

 

 

 

 




LA MONTAGNE ET LA PLAINE

15082018

 

 

space-950x550

 

 

La Montagne et la plaine

 

Je suis né dans la plaine

Recouverte de haine

Avec les porcs les chiens  les loups.

Le  moyen âge autour de nous !

 

Dans  les cavernes profondes

Les monstres des anciens mondes

N’étaient pas encore morts.

Ils jouissaient de leurs corps !

 

J’ai cherché  la foret

Pour pouvoir  me  cacher.

J’ai fini par trouver

Un enclos protégé.

 

Mais pour aller  sur la montagne

Il  faut atteindre la paix  de  l’âme !

Pour  que  la  joie nous accompagne

Que la sérénité  nous gagne.

 

C’est le temps qui charge la mémoire !

Mais pour dissiper le  brouillard

Il te faut du courage et des heures.

Apprendre à caresser tes peurs.

 

 

Puis  l’ascension peut commencer

En regardant  vers le sommet.

L’appel  du ciel est  bien  réel

Ton regard est un arc en ciel.

 

Ton corps  n’y résistera  pas !

Il est fait pour t’emmener là.

Il va t’abandonner en haut

Tout prés du ravin de la faux !

 

Tu es un être de lumière

Il te faut  regarder en l’air.

Accepter de quitter  la terre

Rentrer  chez  toi  dans  l’univers.

 

Je me répands  en amnésie !

Dans une doucereuse euphorie.

Le temps me guide par le passé

Vers un avenir sublimé !

 

téléchargement

 




MON AMIE ( version finale )

29072018

 

Mononoke

 

Mon  amie

 

Tout commence  par des mots écrits

Par des mots simples et enrichis. 

Presque un réflexe pour faire rimer

ou pour apprendre à mieux chanter.

 

Puis  ces mots germent en apartés

Vers des profondeurs partagées.

L’auteur a besoin d’expulser 

Le  lecteur veut sentir  l’idée !

 

Alors  chaque mot est enfanté

Accouchant d’une réalité.

Les sons deviendront autonomes

Pour  expliquer  l’histoire des Hommes.

 

Libres ou prisonniers aimables

Ils ont appris à  conjuguer le verbe aimer !

Aux trois  temps possible et magiques :

L’imparfait, l’inconditionnel tragique,

le futur raisonnablement  probable.

 

 

Dans  la simplicité du souvenir

ou dans  l’espoir de l’avenir

le  présent  prend tout son temps.

 

 

Une de mes meilleures amies à  vingt cinq ans

Je  n’en ai pas  qu’une  de cet âge  la.

 il y a les étoiles  naissantes déjà !

j’ai  bientôt soixante firmaments !

 

Savez-vous pourquoi je suis fier 

de cette amitié  singulière !?

 

nous avons  su tous les deux

regarder le ciel merveilleux

en recherchant l’existentiel

d’un échange  vrai et spirituel.

Je ne t’ai pas dit  l’essentiel

ta rencontre fut  un arc en  ciel !

 

Je  t’aime  veux  dire  je te  comprends !

Très humblement ! Et partiellement !

Je te respecte à  l’infini comme une amie.

Julie ! J’écris ton prénom sur tous les tons.

Avec une infinie douceur de  précautions.




Mon Amie

28062018

K

 

Mon  amie

 

les êtres  ne sont eux  mêmes

que  par  l’authenticité de leur souffrance !

la  souffrance  c’est  la taille du creuset

qui sert de contenant à  l’être.

 

Libres  ou  prisonniers

ils ont appris à conjuguer  le verbe  aimer

aux  deux  seuls temps possible

L’imparfait et l’inconditionnel tragique !

 

Dans  la simplicité du souvenir

ou dans  l’espoir de l’avenir

le  présent  prend tout son temps.

 

Souffrir a du  sens mon amie !

c’est apprendre à aimer !

avec  ses lacunes

avec  ces obscures lunes !

 

 

Une de mes meilleures amies à  vingt cinq ans !

Je  n’en ai pas  qu’une  de cet âge  la.

 il y a les étoiles  aussi !

j’ai bientôt soixante éternels  printemps !

 

Savez-vous pourquoi je suis fier ?

de cette amitié  singulière !

 

nous avons  su tous les deux

Franchir  les tabous insidieux

pour revenir  vers l’essentiel

d’un échange  agréablement spirituel.

Quand les Hommes t’auront crucifié

à tout jamais abandonnée

viens  dans cette  coquille maison cocon

pour être à  jamais  écoutée.

 

  

Je  t’aime  veux  dire  je te  comprends !

Même  partiellement.

Je te respecte à  l’infini comme une amie.

Julie ! J’écris ton prénom sur tous les tons.

Avec une infinie douceur de  précautions.

 

 texte-amitie

 




ENFANTS INDIGO

24042018

Le concept a été formulé par Nancy Tappe, « médium » et « synesthète »3, qui affirme observer des « auras » de différentes couleurs autour de certaines personnes, dont la couleur indigo. Elle a ainsi fait une première description des « personnes indigo »4 dans son ouvrage Understanding Your Life Through Color en 1982. La couleur indigo serait associée à des personnes ayant un destin de leader spirituel. L’idée a été reprise et popularisée par le livre The Indigo Children (Les Enfants indigo : Enfants du 3e millénaire), écrit en 1999 par les Américains Jan Tober et Lee Carroll, puis par Doreen_Virtue (en) avec son livre Aimer et prendre soin des enfants indigo (2002).

Soyons  prudents à ce sujet

De tels êtres existent bel et  bien
personnellement j’ai  la chance d’en connaitre plusieurs

C’est assez  facile  dans  le milieu artistique !

Mais attention  aux  dérives  sectaires.

indigo images

L’ère  du  verseau

 

Je  les  vois très nombreux venir

avec mes yeux de l’avenir.

Ils sont tous  jeunes terriblement

expérimentés et puissants.

 

Ils  sont différents de  leurs pères

des gènes venus de l’univers.

Moins  de  joies, plus de fierté !

Ils ont des dons insensés.

 

Pouvoir  sur  la matière

science  de l’esprit.

Ils sont  beaux  en dedans  et  brillants !

Notre temps  va  s’évanouir  d’enfants!

 

On ne se mélangera pas à eux

Incompatibilité programmée.

Notre race a vécue son temps

Nos enfants sont leurs grands parents

 

Je  les  vois en dedans de mes yeux !

En  moins de  trois  générations

maitres de leurs  destinations. 

L’ère  du  verseau se fera  sans nous

elle est a eux et jusqu’au  bout.

 

Ils ne sont plus vraiment humains

Encore un petit  peu  sapiens !

L’avenir  s’étend extraordinairement élargi 

De manière exponentiellement infinie !

 

 indigo Bild34

 

 




Habité !

26032018

img246_édité

Habité

Sans  doute suis-je  habité !

Par la sagesse  d’aimer ?

Par  des regrets articulés

sur des espoirs  démesurés !

 

Comme  ces paysages esquissés

Sur des  mondes à  peine enfantés

Sortis de l’imagination

Dans  la plus simple  science  fiction.

 

Rêver  à  ce que sera demain

Sans avoir la folie  du certain.

Dessiné un monde  meilleur

Pour nos petits enfants de cœur.

 

Il n’y a pas meilleure sortie

Que ces  paysages infinis

Ou tout est simplement  posé

Dans une très douce sérénité.

 

Je n’ai qu’une seule chose  à léguer

Une infinie simplicité.

Ou le  sourire d’une douce enfant

Devient maître  de tous  les  temps !

 




LE SAVOIR

15022018

20180210_172619

photo  avec  l’aimable  autorisation  de  Hubert  REEVES  !?

astrophysicien.

le texte  me concerne uniquement  !

 

 

 

Le  Savoir !

 

C’est  l’instant  d’interrogation ???

Quand  ceux  qui écoutent

Sont tétanisés  par  l’authenticité !!!

C’est  quand  les  vérités  universelles

Sont   clairement  exprimées

Avec  des mots  simples.

Même les plus  grands artistes

Ne  sont  pas  grand  chose

Devant  de tels  êtres pétris par la connaissance !

 

Ils nous  dépassent !

Puis ils s’effacent !?

L’aisance  de l’esprit  est stupéfiante.

Elle nous fait peur dans sa modeste sérénité.

 

J’ai  eu  l’insolente  chance

De  croiser  plusieurs  fois

Des incarnations  du  génie

Plusieurs hydrocutions à cent mille volts !!

Rarement  nous  pouvons accéder

Aux nouvelles  de l’univers

Quand  cela  se produit

Restons  humbles.

 

Ils sont  chargés !

Ils  sont un tout !

Indissociables  incorruptibles.

Une  délégation !

Une  lettre des dieux  intemporels.

La preuve  du  sens !

 

J’aime  oublier  ce  que  j’ai  fais, ce que  j’ai  vu !

J’aime   oublier  pourquoi  je  suis  né dans  le questionnement.

Sans  pudeur  d’amnésie !

Je  veux  recommencer  en  oubliant  pour de vrai !

Sans  faire  semblant   d’ignorer cette insupportable usure du temps trépassé !

Le  verbe  laminer potentialise l’inhumaine souffrance de  l’éternité !

On  ne sort pas indemne de vivre, plusieurs fois, indécemment,  trop  longtemps !

 

 

 

 

 

le  texte  reste uniquement  sous ma responsabilité 

 




PROJETER

28012018

img240_édité

 

PROJETER 

 

II  a peint  pour  nos  yeux

pour nous faire  un aveu.

Il avait  ça  en lui.

Une idée   d’infini !

 

Il a du commencer

Par d’abord inspirer.

Puis il a projeté

Ses désirs expirés.

 

Toi  le  passant qui rêve

Tu passes comme une trêve.

Tu  t’assoies sur le banc

En  figeant un instant.

 

Un moment  silencieux

Pour un artiste heureux.

Accepter d’exposer

Est un risque insensé.

 

C’est osé  partager

De la fragilité.

C’est  rencontrer sa peur

Dans  l’espoir d’un  bonheur.

 

 







La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume