LE TEMPS DE VIVRE

26042017

Dédié à  tous  mes amis

amitié

 

Le temps de vivre

 

J’aime  m’entourer de vrais amis

J’ai  la chance d’en avoir d’inouïs.

Des esprits simples et puissants

Qui  se cachent  bien trop souvent.

 

J’aime ces gens forts et déguisés

Ces princes d’un théâtre enchanté

Qui  m’emmènent simplement rêver

Dans l’imaginaire étoilé.

 

Le temps de vivre …

 

J’approche  doucement  de mon  but

Le puzzle se reconstitue.

Chacun amène sa petite pièce

De hardiesse ou de douce finesse.

 

Pour ces peintres de l’émotion

La profondeur est une question.

Ils sont devenus des gens  libres

En recherche de leur équilibre. 

 

Le temps de vivre…

 

Ils ne grandissent pas comme  les autres

Leur passion dévorant  la notre

Le temps de vivre un petit peu

Dans un coin de ciel merveilleux

 

Juste … pour  le temps de vivre !

 

amitié 2

 

 

 

 

 

 

 




D’AUTRES MONDES !

26022017

 

6282459

 

D’autres mondes

 

D’autres planètes,  d’autres galaxies

Autant de cosmogonies aussi.

D’autres images,  d’autres  magies

D’autres légendes, d’autres infinis.

 

Des pensées  dissonantes, inconnues.

Des rêves, des chimères à demi nues.

Le soleil au dessus des nuages

Se faufile de feuillages en ramages.

 

C’est dans l’esprit que nait l’humanité !

Dans le temps la souffrance engendrée.

Nous sommes venus d’un autre  monde

C’est l’expérience qui nous féconde.

 

Le but, c’est  l’anéantissement !

L’aube,  l’aurore et le firmament !

Le renoncement individuel

Vers l’unicité  la  plus  belle.

 

Mourir  à soi même est facile

Quand on renait dans  l’indicible.

Il faut  partir une dernière fois

Et oublier ce que fut Moi !

 

Courir vers des milliers de mondes

Rebondissant à chaque secondes.

Il  faut vivre définitivement

En pleine conscience et hors du  temps.

 

White stair in the blue sky with clouds. 3d illustration.

 

 

 

 

 

 




TEMPORALITE

30012017

 

 

temps-qui-passe (1)

 

 

Temporalité

 

Le temps qui trépasse  rétrécit

en me privant  de nostalgie.

L’impossibilité d’errer

à l’essentiel m’a condamné.

 

Je suis pressé d’aller nulle part

même le matin il est trop tard.

Je rêve en courant  très vite

Que la vitesse  soit interdite !

 

Mon rapport au temps est  vivant

Chaque minute est un battement.

 je vis mes choix  expressément

Je cours doucement en rêvant.

 

L’intensité arrête le vent

Des heures balayées au présent.

De l’horloge, les chiffres ont chutés

comme  des feuilles  d’automnes   coloriées.

 

Les immortels ont le sang  bleu

du bleu qui coule au fond des yeux.

Les immortels ont le sang  vert

du vert qui coule dans  l’univers.

 

Si tu cherches la connaissance

C’est le temps la clef de tes sens.

 

 

temps-qui-passe

 




LA TRACE

26122016

GUILLAUME  CANNAT

photo guillaume CANNAT

 

 la Trace

 

Ils ont  regardé  les cieux hagards

En  peignant.

En écrivant.

En  sculptant.

Musiciens danseurs et  créateurs de l’art !

 

Ils  ont  suivi  une trace !

Volontairement tenaces

Leurs yeux tournés  vers le ciel

Guidés par un appel  réel.

 

Dessinés  une céleste trace

portés  par l’ivresse de l’espace.

En haut, tout au fond des yeux

Là ou  s’ouvrent la porte des vœux.

 

C’est lourd de porter ce secret !

Ecrire  un verbe sans  sujet.

Pleurer les larmes de tous les temps

accepter la mort du printemps.

 

Les  cœurs figés d’éternité

Sont  plus  vivants que nos regrets.

Aimer  !  C’est un instant qui dure

Vivre ! C’est l’amour au futur !

 

Ils reviennent  quand on les appelle

Quand l’univers a besoin  d’ailes.

Ils sont revenus  par  milliers

Ces artistes de l’humanité.

 

 




L’adjectif qualificatif 2eme version

16112016

Bonjour a  tous !

Voilà  la  deuxième version  d’un  petit  texte ayant  le  même  thème  que  le  poème précédemment publié sur  l’adjectif  qualificatif.

Le but  est  de mettre en comparaison  les  vers  et la prose afin de souligner  le mieux possible  les  différences d’expressions.

je dois  vous  faire une confidence ! La  prose  m’a donné  beaucoup plus de mal  !

je  me suis  fais  conseiller  par  mon amie  Julie qui, comme  d’habitude, ne m’a pas fait  de cadeau.

Voici  le  résultat  ci dessous.  N’hésitez pas  à donner  votre avis !  C’est  le but !

feu-de-bois

L’adjectif qualificatif  (  en  prose )

 

Je ne vous ferais pas  un  cours de grammaire, je ne suis pas un professeur de français. J’ai oublié  toutes ces  règles depuis bien longtemps. L’adjectif s’enfante  lui-même, à  l’infini. Ce que je sais de lui, aujourd’hui, c’est qu’il peut se déguiser en  nom ou même  en verbe. Si  tous  ces mots  sont  dessinés  par  la poésie qui les porte, l’adjectif  qualificatif c’est la  fumée  d’un feu de bois qui  parfume la rougeur de la flamme au  début d’une  soirée  d’automne. Mystère  multi-millénaire  d’une sécurité retrouvée. C’est la beauté  des mots mariée à la limpidité  des idées. C’est aussi un complément  d’objet  direct de l’émotion quand tes yeux reflètent  mon regard. Il donne un support  différent à la lumière comme une décomposition  du réel réinventé  par un kaléidoscope envoûté. Chaque touche de luminosité  est conjuguée au plus que parfait qualifié. Peindre,  c’est éclairer notre vie  d’un adjectif  nuancé. Je ne suis  pas  sur  que  mes vers résonnent  clairement vers ma pensée, ils sont trop  souvent  confus au filtre des différences. Je  ne suis  pas certain que  ma prose  chante assez  pour émouvoir  vos âmes ! Un seul chemin sinueux m’apparait au fil de l’écriture ! Vous  parlez  à  toutes et  tous reste ma seule  ambition. En alignant des mots, des verbes et des adjectifs,  je  cherche à  mieux  vous connaitre et donc  à mieux  vous  aimer … tout simplement ! 

Ecrire et parler, c’est pour  moi,  vous faire une déclaration… d’attention !  Avec  la  meilleure intention possible, celle de vous accompagner chaleureusement  lors d’un bref sourire  entre les étoiles.

 

 

 

 

 

 

 




L’adjectif Qualificatif !

30102016

ab  orage

L’adjectif  qualificatif

 

Le petit mot  qui souligne

l’émotion en interligne.

La voix  qui peint  l’indicible

comme une promesse impossible.

 

Le son qui dit le frisson

d’un cri  qui souffre en  prison.

Qualifier tous nos sentiments

par un adjectif pertinent.

 

Préciser la  beauté  du ciel

par une couleur de l’arc en ciel.

Dessiner la force d’un orage

par des éclairs en maquillage.

 

Des yeux  esquissés en tableaux

par un crayon ou un pinceau.

L’adjectif  qualificatif

admiratif et possessif !

 

Du verbe, il est  l’émanation

en gérant  les nuances  du nom.

Il  fait l’amour en  trait d’union

de  l’écriture à  la passion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 




LA GUEULE EN SANG

18082016

6050677_omran_1000x625_édité

 

LA  GUEULE EN  SANG

 

J’ai du sang  sur  mon  visage

Et  j’ai peur des gros nuages.

Je sais qu’il y en a  chez vous

A Nice et a Paris surtout !

 

Je  m’appelle  Omram d’Alep

Je vis l’horreur dans  ma  tête.

Les dirigeants du monde entier

Sont solidairement désignés.

 

Certains de mes cousins sont  morts

En espérant  rejoindre un port.

Certains  de vos concitoyens

Sont assassinés par dédain.

 

Les  dirigeants du monde entier  

sont  solidairement  désignés.

c’est leur inefficacité

que nous devons souvent payer.

 

Je ne sais même  plus  pleurer

je dois simplement m’essuyer.

Notre  monde est devenu  fou

quand  l’amour tous les jours échoue !

 

Nos   dirigeants  sont des pantins

Incapables  d’arrêter ce train.

IL nous emmène vers la folie

et bafoue les valeurs de la vie.

 

Aucun Homme  n’est providentiel

Si nous voulons  voir  l’arc en ciel

C’est debout !  Et enfin unis

Que nous devons dire… Ca  suffit !

 

 

 




PICASSO

6082016

P1140519a

 

Nous venons  de redécouvrir

Le  musée Picasso nouvelle  version !

L’atelier  sculpture  accompagnés de nos  cousins

Jacqueline  et  Pierre .

Pierre a  pris de fantastiques photos 

de Mademoiselle Picasso et des  œuvres  exposées !

Cette   visite et ces  clichés m’ont inspirés  ce petit  texte

Merci à toi Pierre !

 P1140572b

PICASSO

 

On ne voit  bien  qu’avec  l’esprit

si  le cœur  nous montre  l’envie,

quand  la tête reflète une quête 

notre âme s’enflamme et déclame.

Tempêtes  et  brises lames !

 

L’inspiration  infuse  

par  la beauté  des muses

que  la puissance de l’art  affame,

dans le visage de certaines  femmes.

Reflets de flammes.

 

Autoportrait  d’essai.

Un artiste en abstrait.

Réel qui se défait

Disparaît  stupéfait !

Tableau  complet !

 

La  vérité  guide  le  burin

Quand  la lumière  des  yeux  s’éteint.

Picasso  vient  d’avoir  vingt ans

Pour  toujours,  au delà  du temps.

Éternellement !

 

L’avidité  d’une  œuvre d’art

boit  la  clarté de toute part

Les angles géométriquement

S’encastrent  dans les sentiments.

Passionnément !

 

P1140578a

P1140610b

 

 




An 2041

11062016

 

neurons

 

 

An  2041

 

Cent milliards  de neurones !

Mais  une voix aphone

pour  dire ce qu’il en est

du temps et ses secrets.

 

Il ya plus de connexions

Et encore plus d’informations,

Dans notre corps mort en sursis

Que  d’étoiles dans la galaxie.

 

Nous avons un réseau d’échanges

Gigantesque !  Aux pouvoirs étranges.

Mais nous n’avons aucun accès

Au savoir de ce que  l’on est.

 

Le temps légitime la matière

Il donne  une  apparence à  l’UN.

Mais  les cellules de l’univers

Nous  chantent un tout autre refrain.

 

Coexistence  en tous les temps

Ou reproduction du   vivant.

Nous transmettons  la connaissance

L’éternité  en résonance.  

 

neurones1181315754.1182857884

 

 

 

 




Les mots du coeur

9052016

calligraphy-porn-07

 

Les  mots  du cœur

 

Ignoré de l’intelligence

J’ai  l’émotion comme  récompense.

J’en oubli  les raisonnements

Pour  m’émouvoir  des  temps  rêvants.

 

Mouvements émouvants de l’instant

Comme de profonds sables mouvants.

Le  cœur  des hommes est en  naufrage

Quand l’automne colorie  les pages.

 

Je rejoue  comme  j’ai  toujours  fait

J’ouvre  mes mains vers  les étoiles.

Je renoue les plus doux secrets

Par des mots posés sur la toile.

 

Je me souviens des temps anciens

Quand  j’étais autrement  humain.

Réceptacle de mémoire souffrant

Dans un cœur devenu puissant.

 

Il bat depuis la nuit des temps

Bien avant que je fus enfant.

Se souvenir est un poison

Ressentir une consécration !

 

 

 coeur

 

 

 







La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume