• Accueil
  • > Archives pour juillet 2009

ESOTERISME

28072009

42155158411.jpg

ESOTERISME

 

Je suis venu vous dire

Ce que votre âme désire

Notre univers n’est pas fini

Comme votre esprit est infini.

 

Quand vous étiez petit

On vous a bien appris

Les règles de la vie

Et de la mort aussi.

 

Et vous y avez cru !

Vous n’étiez pas têtu

Et pourquoi donc douter

De ce qui est sensé

 

C’était ça l’insensé

La fausse vérité

Celle qui fait redouter

De ne plus s’entre-aimer

 

De ne plus s’entraider

D’apprendre à évoluer

Et de ne pas rêver

Aux belles immensités

 

Aujourd’hui, c’est permis

Donc,  je vous le redis

Nous sommes tous immortels

Et la vie est très belle

 

Je vous l’ai déjà dit !

Dans d’autres galaxies

Mais vous n’écoutiez pas

Comme presque à chaque fois

 

Oui, c’est toujours comme ça

Je hurle à pleine voix

Et un seul d’entre vous

entend mes cris de fou.

 

Ce soir, ce sera toi

Que je ne connais pas

Je t’ouvre l’univers

Par ces modestes vers




PORTRAIT

25072009

vincentjacky.jpg111042009077.jpg

PORTRAIT

 

J’ai fait un rêve étrange et relaxant

J’ai rêvé de Monsieur VAN-GOGH  Vincent.

Il faisait mon portrait devant la mer

Sous un ciel cotonneux et éphémère.

 

Tout était bleu dans ma tête

Et aussi sur sa palette

Il ne m’a  pas adressé la parole

Je l’ai vu peindre à une vitesse « folle » !

 

Je n’ai pas vu le résultat

Mon rêve s’est arrêté là

Le matin au pied de mon lit

J’ai vu le tableau,  bien fini ?!

 

Et dans le coin, en bas à droite

D’une écriture ferme et adroite

On lisait très distinctement

Le prénom de Monsieur Vincent

 




LES FRUITS DE LA BEAUTE

24072009

arcimboldospring1573.jpg

 

LES FRUITS DE LA BEAUTE

 

La beauté des choses

Peut être la cause

D’un émerveillement

Allant grandissant.

 

La beauté des êtres

Plus loin, nous pénètre

L’infini diamètre

Est son périmètre

 

Beauté d’un visage

Peut être un message

Et on l’envisage

Comme un paysage

 

Les yeux sont sourires

Et rires merveilleux

Beauté de tes lèvres

Peintes par un orfèvre

 

La beauté des corps

Efface les décors

Et j’en rêve encore

Même après ma mort

 

La grande beauté de notre esprit

Façonne, même la géométrie

Elle créé toute les formes de l’art

Le questionnement est son départ

 

La beauté des hommes et des femmes

Reflète, ces facettes qui s’enflamment

C’est un feu d’artifice détonnant

Il nous montre des chemins étonnants

 

L’écriture a six mille ans

La peinture beaucoup plus longtemps

Toutes les formes d’expression

Dans le temps, nous survivront

Ce sont les fruits de la  beauté

Et les fleurs de l’éternité

 




LUMIERE D’UN JOUR

24072009

lumieredit.bmp

 

Lumière d’un jour 

 

Né d’un pâle clair obscur 

Et d’un nouvel azur 

Petit rayon d’espoir 

Qui déchire le noir. 

 

Lumière d’un matin blanc 

Comme la joie d’un enfant 

Qui ne sait pas vraiment 

Ce qu’il sera plus grand 

 

Après quelques instants  

D’un rêve  adolescent 

Sculpté d’un marbre blanc 

Un corps étincelant. 

 

Des idées assouvies 

De caresser l’envie 

Arc-en-ciel merveilleux 

Carrousel  lumineux. 

 

 

 

Et puis le plein soleil 

L’éveil du sommeil 

Conscience maturité 

Emotions structurées. 

 

La force de la vie 

En plein cœur  de midi 

Rêve d’immortalité 

En plein cœur de l’été 

 

Et puis toutes les couleurs d’automne 

Quand les nuances de jaunes détonnent 

Les joies de tous les arts mêlés 

Vers plus de sensibilité. 

 

Le choix du sens et de l’essence 

Vers une profonde luminescence 

Soleil  noir et plein d’énergie 

L’émotion, l’intellect réunis. 

 

 

 

Enfin,  vers la fin de l’hiver 

Une lumière blanche traverse le verre. 

Les couleurs naissent à l’infini 

D’une lueur venue de l’esprit. 

 

Toutes les mémoires illuminées 

« feu d’artifice » des pensées 

D’où renaîtra l’étincelle d’espoir 

Qui déchirera,  à nouveau, le noir . 

 




LE GRAAL

24072009

1001093dit.jpg

à  JB DE MONTGRESSIN

Chevalier D’ORRY LA VILLE

( les deux tableaux  de cet article sont de MR MALINOWSKI )

 Il l’a trouvé !

Galahad ou Galaad est le fils du chevalier Lancelot du Lac et d’Ellan, fille du roi Pellès, le roi Pêcheur, qui détient le Graal. Son nom vient du gallois Gwalchaved : « faucon d’été ». Il est le plus jeune chevalier de la Table Ronde. Il est le bon chevalier, le seul qui puisse s’asseoir à la droite d’Arthur sur le siège périlleux, comme prédit par Merlin qui l’avait présenté à la cour du roi Arthur. Accompagné de Perceval et de Bohort (le jeune cousin de Lancelot) il sera le seul, au terme de la quête, à pouvoir regarder à l’intérieur du Saint-Graal. Il mourut d’ailleurs juste après car avec ce qu’il avait vu, il ne pouvait plus vivre. Il le tiendra pendant que Bohort, un autre chevalier, y versera le sang du Christ qui se trouvait sur la lance du soldat romain l’ayant blessé au côté (la Sainte Lance ou la Lance qui saigne). Son père Lancelot était lui aussi à l’origine destiné à la quête du Graal mais il fut détourné de la quête par l’amour qu’il portait à Guenièvre.

 uvodnyobr.gif

Le chevalier des temps modernes    (Allégorie Métaphysique)

 

Il marche vers son destin

Une épée à la main

Il a toutes les  « idées-outils »

Dessinées sur ses armoiries.

 

Il a suffisamment  d’humilité

Il sait baisser les yeux devant un roi

Il  peut se battre, contre n’importe quoi !

Sa devise est  «sauver et triompher »

 

Il est prêt pour la quête

Un secret dans la tête.

 

Il sent où est le coffret du calice

Il sait que ses recherches aboutissent

Sans savoir vraiment où aller

Le puzzle  cherche à s’assembler.

 

Il doit savoir que le plus dur

Sera de forcer l’ouverture

Il faut répondre à la question  « Pourquoi » !

Pour en faire quoi ! Le sang du roi !

 

Si…  il boit à la coupe

L’éternité sans doute

Coulera dans ses veines

L’éternité des gènes !

 

Mais avant, il faut répondre à cela

Pourquoi faire ! Et pas n’importe quoi !

 

Même l’altruisme ne suffira pas

A « éponger » cette puissance là !

C’est tout l’esprit de l’univers

Qui se trouve là, au fond du verre.

 

Si…il répond à ce  « Pourquoi » !

Sans grand effort il l’ouvrira.

La bonne réponse, il lui faudra

Un seul essai, il aura droit.

 

Imagine, que ce « il » soit  « tu »

Qu’aurais tu vraiment répondu ?

Non ! N’essais  pas de réfléchir !

Regarde au loin dans l’avenir.

 

Seule la connaissance directe

Portée par une vision correcte

Embrasse la totalité des temps

Tous les êtres et l’essence des éléments.

1001092dit.jpg

Mode d’emploi ……………………( suite du GRAAL )

 

Vous avez toute une longue vie

Pour comprendre quelle personne vous êtes.

Mais juste une seconde infinie

Pour « deviner » ce que vous êtes !

 

C’est l’instant de stupéfaction !

L’imagination, l’intuition,

Embrassent les passés, les présents, les futurs

L’alpha, l’oméga, les au-delàs et l’en deçà…

 

Aucune connaissance intellectuelle

Aucune des sciences de l’éveil

Ne peut répondre aussi bien à « Pourquoi »

Que cet instant d’extase en soi.

 

Mais rien ne peut se faire

Sans l’abandon du  Moi

Il faut vraiment défaire

Les certitudes en soi.

 

S’ouvrir au monde

Brûler son nom

Devenir son ombre

Mourir à fond.

 

Devenir l’univers

Et tous ses composants

L’art est très important

Pour comprendre l’envers.

 

Tout est là…et très clair

Il suffit d’un éclair

Pour devenir celui qui vit

Bien au-delà de l’esprit.

 

Les yeux dans la peinture

Pour un regard plus sûr.

La parole dans les mots

Pour définir le beau.

La musique dans les oreilles

Pour connaître l’éveil.

Les mains dans la terre

Pour sculpter les mystères.

Enfin, l’art dans le corps

Pour danser dans ce décor.

 

 

Sentir confusément que l’on est tout

Puis …le savoir vraiment !

chevalier003.gif

 

 

 

 




CHEFS D’OEUVRES

24072009

chefdouvresdit.jpg

 

CHEFS D’ŒUVRES

Trois peintres, à ce jour, ont changé ma vie.

VEERMER,  VAN GOGH et MODIGLIANI

 

VEERMER  ne peint que la lumière

Sachant les « sujets » éphémères.

Ils les voient mourir à la nuit

Au jour, revenir à la vie.

 

VAN GOGH a peint les sentiments

Sa grande souffrance mise en avant

Il nous reste à approfondir

Ce qu’il a voulut nous décrire.

 

Et aussi MODIGLIANI

Je le crois toujours incompris

Lui qui a peint pour le futur

Quand l’art deviendra sur mesure.

 

Ils ouvrent, tous les trois, un chemin

Fait de vie, d’errance et d’humain

Ils nous invitent avec humilité

Vers le savoir de la fragilité.

 

 

  

 




LES PETITES GENS

19072009

galeriemembreretouchephotodecointerieur009retouche.jpg

 

Les petites gens

Elles vous parlent souvent du beau temps

Ou de la santé des enfants

Elles le font presque en récitant

En sanglotant ou en souriant.

 

Les petites gens

 

Elles passent vraiment inaperçues

Quand on les a toujours connues

Elles font partie du paysage

Le paysage est leur visage

 

Les petites gens

 

On aime bien les rencontrer

Pour regarder leurs yeux briller

On est pour eux, très important

On sent qu’ils sont vraiment contents

 

Les petites gens

 

Hier, c’était un enterrement

L’église était remplie vraiment.

Des princes du sang et des mendiants

Venaient saluer un homme du rang

 

C’était le roi des petites gens

Toujours heureux et souriant

Toute la ville s’était déplacée

Une dernière fois pour l’embrasser.

 

Toute sa vie, il nous a montré

Ce que sait qu’un être évolué

Ce que sait que d’être un géant

Et le plus grand « des petites  gens »

 

 

 

 

 

 

 

 

 




LANGAGE

14072009

latoiledubergerplume213e1ad.jpg

Langage

 

J’ai appris à parler comme tous les autres

Sans que le vocabulaire soit des nôtres 

C’était d’abord, des sons, pour se nourrir

Pour apprendre à pleurer et à rire.

 

Je suis allé à l’école de la norme

Celle, qui fait de nous, des êtres mornes

Elle nous apprend la rude conjugaison

Pas question d’oser l’imagination.

 

Heureusement je me suis égaré

Dans les mots de la jeunesse révoltée

Très tôt, je fus vite rattrapé

Par les grands auteurs du passé.

 

Baudelaire,  Proust et Jacques  Prévert

Puis Huxley et la Grèce d’Homère.

M’ont  présentés  Jung et Lacan.

Et Monsieur Freud évidemment.

 

Pendant toutes ces années d’errance

Mes émotions « vidaient » l’enfance.

Je sais ce que les mots veulent dire

Pour le meilleur et pour le pire.

 

Je sens, la puissance du langage

Elle vous rend beau ou fou de rage.

Parler est le plus bel acte d’amour

Je m’efforce d’en abuser tous les jours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




UNE IDEE

11072009

1007ideelumineuse.jpg

 

UNE  IDEE

 

Une idée  peut naître la nuit

Comme elle peut mourir à midi

Elle fait son lit dans la surprise

L’étincelle la caractérise

 

Une idée, c’est comme la lumière

Tantôt vive ou bien éphémère

Elle peut redessiner des ombres

Du clair obscur, aux reflets sombres.

 

Il y en a des lumineuses

Qui finissent leurs vies nébuleuses

D’autres sont beaucoup plus songeuses

Fumeuses, trompeuses ou en veilleuses.

 

Une idée, c’est comme un enfant

Elle surgit presque à tout moment

Quelques fois, elle n’a rien à dire

Elle vient juste pour  nous sourire

 

Puis, il y a toutes les autres

Celles qu’on aurait voulues, nôtres

Celles qui ont changées  le monde

Qui ont fait danser la colombe.

 

Dans celles ci,  il y a celle la !

Même, si  je ne te connais pas

Je sais que demain sous mon toit

Tu seras important pour moi.

 

C’est l’idée le premier chapitre

Je veux écrire sur mon pupitre

Une histoire à vous faire rêver

A vous réveiller, bouleversé !

 

 




UN MONDE NOUVEAU

10072009

0904dentcrolles250037web.jpg

 

UN  MONDE NOUVEAU

 

Quand un artiste a une envie

De rire des instants  de la vie

Il peut pleurer, même pour de bon

Sur des problèmes vraiment de fond

 

Il écrit, il peint, ou il danse

Pas toujours en alternance

Il sculpte ou il compose

Soit en vers soit en prose

 

Il n’est jamais  question de réfléchir

Les émotions attendent là,  pour surgir.

Rien ne peut être convenu

Ce qui l’attend, c’est l’inconnu.

 

Il pensait parler d’un sujet

Faisait confiance à l’alphabet

Mais le rire a tout bouleversé

Il a massacré ses couplets.

 

Elle pensait peindre décemment

Toutes les vagues de l’océan

C’est la pureté d’une larme d’enfant

Qu’elle a dessiné finalement.

 

L’art est la porte de l’esprit

Ou tout ce qui est tu, est dit

C’est l’espérance qui nous invite

Et la raison qui la limite.

 

Laisse hurler ta joie déchainée

Libère tes sanglots apeurés

Etale tes désirs incendiaires

Apprend  à rire de tes colères.

 

Tu rentres dans un monde nouveau

Ou le beau n’est pas forcément chaud

Ou le laid n’est pas forcément frais

Seul , le plaisir est pour de vrai !

 

 

 

 







La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume