BRAQUE ET PICASSO

26032010

LES DEMOISELLES D’AVIGNON DE PICASSO

lesdemoisellesdavigon.bmp

 

LE GRAND NU DE GEORGES BRAQUE

 

me00000554063.jpg

 

HOMMAGE A BRAQUE ET PICASSO

 

BRAQUE ET PICASSO

 

Il y a cent années qui se sont écoulées

Un jour ! Ils ont osé  déformer nos idées

Guillaume Apollinaire admirait la manière

A la fois singulière et révolutionnaire

 

Et marie Laurencin leur a tenu les mains

C’est Matisse et Derain qui ouvrent le chemin

Les talents coexistent dans l’anticonformisme

Rien de tout ça n’existe, sans les impressionnistes

 

Et c’est à Montparnasse que cette histoire se passe

Picasso se surpasse et braque se dépasse

Demoiselles d’Avignon peintes dans la transgression

Le grand nu en questions, contorsions, convulsions.

 

Ils ont caché leur art sous un tissu blafard

Tellement les regards, sont devenus hagards

La rêve-évolution extra-jubilation

L’abstraction ovation, prestidigitation.

 

Rien avant eux fut ça, plus rien ne le sera

Lorsque que l’on crie,  comme ça, on devrait finir là

Découvreurs d’océans, imperturbablement

Et pourtant sidérants dans leur nouveau talent.

 

C’est l’art de notre monde dans sa pensée féconde

Qui peint la mappemonde, mais en un peu moins ronde

Tous nos rêves éphémères, nos certitudes d’hier

Fuient dans l’imaginaire et puis se régénèrent.

.

 

 

 

 

 




TENDRESSE

21032010

getattachment3.jpg

 

Ce texte a été  écrit à deux mains avec l’auteur

du très beau blog ci-dessous :

La photo  vient de cette personne

http://douceurintemporel.unblog.fr/tag/textes-damis/

Il faut aller  le visiter !

J’attends  avec  impatience toutes celles ou ceux

Qui ont l’envie de vivre ce  « partage »

Jacky

 

LA  TENDRESSE

 

La tendresse est à ton esprit

Ce que la caresse est au corps

Mais si je caresse la tendresse

Mon amie ! Tu murmures, encore !

 

Jeune maîtresse de la gentillesse

Douce promesse de notre vieillesse

D’une empathie chevaleresque

D’une sympathie pleine de sagesse

 

Susurrer gentiment à l’oreille, mon amour

Pour m’improviser un instant troubadour

Pour caresser ta vie avec finesse

Calmant les maux, par des mots en liesse.

 

C’est toute la gamme des émotions

D’une délicatesse en délectation

Mon plaisir te redit  bravo !

Sérénité incognito.

 

Mais pour comprendre la tendresse

Il faut plonger dans la détresse

En oubliant notre tristesse

Pour partager notre allégresse

 

Nous ne faisons qu’un seul passage

Pas de rappel, quelque soit l’âge

Notre vie passe comme un éclair

A peine debout, déjà ! à terre.

 

Nous pouvons simplement tout faire

Du plus beau au plus ordinaire

Mais vraiment quelle très belle ivresse

De dispenser notre tendresse.

 




JEAN FERRAT

13032010

jeanferratjpg1015511.jpg

Jean  FERRAT

 

Au revoir Mr Jean, le dernier des très grands

J’ai tout aimé de toi, ta musique et ta voix

Et surtout tes paroles, tes idées qui s’envolent

Cette vision de l’humain, ton talent d’écrivain.

 

Tu sens bon la montagne, cette chaleur qui nous gagne

Vient du fond de tes yeux, qui voulaient vivre heureux

Tu as chanté la vie, les mômes de paris

Tu resteras vivant, à travers ton talent

 

Donnes le bonjour à Brel, la fête sera belle

Surtout si Georges est là, ferré est près de toi.

Tu étais communiste, mais façon humaniste

Fenêtre sur l’espoir, contre le désespoir

 

Je parlerai de vous, aux enfants de chez nous

Même en blogant les mots, car c’est plus la radio.

Cette grande liberté, tu nous l’as démontrée

Même si c’est terminé, elle nous fera rêver 

 

Allez salut l’artiste, je ne serai pas triste

Tu n’aurais pas voulu, que nous soyons déçus

Mon cœur part en solo, je fredonne tes mots

Car ma seule ambition, c’est de graver ton nom

 

 







La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume