LA PASSION

1 07 2010

modigliani.jpgjeannehebuterne1.jpgamedeomodigliani.jpg

LA    PASSION

Elle s’appelait Jeanne HEBUTERNE

Ses yeux lui servaient de lanterne

Elle ressemblait à la Joconde

Mais en plus douce, en plus profonde

 

Elle aima Modigliani

Fut son élève, son apprentie.

Elle était bien plus jeune que lui

Peintre aussi, elle cherchait la vie

 

Très vite, elle a vu l’invisible

Les cris de fous de l’inaudible

Quand il peignait son doux visage

Le regard n’était que nuage

 

Oui, je peindrai vraiment tes yeux

Quand ton âme je connaitrai mieux

Il avait offert son secret

De l’intérieur sont ses portraits.

 

Elle renonça à sa famille

Et lui donna une petite fille

Elle vivait l’incompréhensible

Très torturée, hypersensible.

 

Il  est mort sans vivre vraiment

Dévoré par tant de talent

Elle l’a suivi deux jours après

Quand d’une fenêtre elle s’est jetée

 

Elle portait son deuxième enfant

Cela nous parait sidérant

N’essayons pas de raisonner

Un tel amour démesuré.

 

Chacun a son explication

Elles sont toutes fausses sans exception

Car même son instinct maternel

N’a pu sauver cette femme si belle.

 

Très peu d’êtres humains sur la terre

Pourront  comprendre ce mystère

Il faut le vivre intérieurement

Le ressentir intensément.

 

Ils nous offrent le but à atteindre

Quand l’amour ne peut pas s’éteindre

Alors que la vie finit là

Et que tout s’en va, ici bas !

 

On les enterra séparés

Tant la famille était blessée

Il aura fallu dix années

Pour qu’ils dorment enfin apaisés

Ensemble !  Pour l’éternité.

 

Ils nous laissent une tragédie

D’un romantisme vraiment inouï.

 

 photo004.jpg

 Cimetière du Père LACHAISE à Paris

  

  photo005.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



14 réponses à “LA PASSION”

  1. 1 07 2010
    poemesalacarte (22:38:22) :

    chantalflury (08:17:44) : éditer
    Une très belle histoire d’amour entre Modigliani et Jeanne. Rien effectivement n’a pu les séparer même sa famille qui s’opposait à cette union.
    Cette histoire d’amour s’est pourtant terminée tragiquement… avec la mort de Modigliani et celle de Jeanne qui l’a suivie en sautant d’une fenêtre.
    Très belle poésie qui retranscrit cet amour passion…
    Bonne journée.
    Chantal-Claire.
    29 06 2010

    poemesalacarte (20:32:01) : éditer
    Bonsoir Chantal
    Oui ! il en est ainsi des grandes tragédies
    on sait dès le début que la fin est inévitable ou inéluctable.
    Cependant, ici il y a un plus … !
    Cette femme enceinte et mère d’une autre petite fille
    qui se suicide cela ne colle pas
    avec la réalité classique
    là, nous entrons dans la passion sans aucune limite
    De plus elle était catholique et savait que par son geste
    elle serait damnée pour l’éternité ( OUPS ! )
    Bref ! elle a tout donné pour le rejoindre dans la mort.
    Imaginons ! juste un instant qu’elle n’est pas été du tout dépressive,
    mais qu’elle est commis cet acte en pleine conscience !
    Là…. on touche à une limite de la passion !!!
    Bonsoir Chantal et merci de ton passage
    Jacky
    1 07 2010

    Talisman (08:10:48) : éditer
    Salut,
    Intéressant comme poème par la forme en octosyllabe qui augmente le nombre de rimes et marque encore plus le rythme grâce en plus à une ponctuation accentuée.
    Je ne connaissais pas cette relation aussi passionnelle de deux êtres et je te remercie de me l’avoir révélée par ton poème. Comme tu le dit je pense que le tragique vient de la conscience de se tuer en emportant son enfant…on pourrait presque parler de crime passionnel !
    Ce que j’aime bien de plus dans ton poème c’est les rimes peu courantes comme “visage” et “ébauchage” bien que je trouve personnellement ce dernier mot assez agressif à l’oreille (peut-être est-ce un effet voulu).
    Amicalement,
    Talisman.
    1 07 2010

    poemesalacarte (20:14:42) : éditer
    Bonsoir Talisman
    Merci de cette critique technique constructive.
    Le mot ébauchage a été souligné comme lourd
    par une autre lectrice et c’est très vrai.
    Cependant essaye de dire la même chose en peu de mots
    avec une autre expression.
    Il faut expliquer qu’il ne dessinait que partiellement
    le regard sans utiliser le mot “yeux” qui est déjà ds le texte
    bref pas simple…
    Concernant le fond tu texte
    c’est l’un des plus beaux exemples du don de soi.
    Je pense qu’il ne s’agit pas d’une simple attirance entre deux êtres
    mais d’une véritable communion artistique qui pourrait
    expliquer la puissance de cette relation
    Mais ce n’est qu’une hypothèse…
    Je conseille à toutes mes lectrices et mes lecteurs d’aller voir ton site
    merci de ton passage
    Jacky
    1 07 2010

    Talisman (21:19:26) : éditer
    Je te fais une proposition pour changer “ébauchage”, ta critique est libre : “Le regard devenait nuage”. Pour moi un nuage est entre le matériel et l’immatériel, l’accessible et inaccessible et peut-être ce terme pourrait-il caractériser l’idée que tu souhaites transmettre.
    Amicalement,
    Talisman.
    1 07 2010

    poemesalacarte (21:28:57) : éditer
    re bonsoir
    Excellente proposition retenue
    merci a toi, je corrige demain
    car je dois refaire l’article
    a+
    Jacky

  2. 1 07 2010
    poemesalacarte (22:52:47) :

    Merci Talisman

    J’ai corrigé !

    allez tous et toutes voir ce site pas commes les autres

    http://www.soufflemots.com/
    a+
    Jacky

  3. 4 07 2010
    Alain (12:44:56) :

    Modigliani t’inspire toujours autant !
    Bien vu par Talisman pour « le regard n’était que nuage » Ce nuage était d’un vert profond, inoubliable, dans lequel Amadeo se noyait à nouveau quand il émergeait de l’alcool. Quelqu’un a dit qu’elle ressemblait à une petite statue gothique.
    Ils se sont retrouvés dans un autre monde où leurs souffrances terrestres avaient enfin disparu. Il va falloir que j’aille faire un tour au Père Lachaise.
    Tu leur rends un bel hommage.

  4. 4 07 2010
    poemesalacarte (15:14:25) :

    Bonsoir Alain

    Merci de ton passage
    oui ! Talisman a toujours autant de talent
    elle progresse avec le temps
    Mon expérience me dit que si elle a de la chance
    dans ses rencontres.. elle sera peut- être…?
    Souhaitons lui de réussir en tout cas !

    Concernant nos deux amis les peintres
    on pourrait croire que leurs vies ecourtées
    sont des échecs.
    Erreur ! rien jusqu’à ce jour n’a pu faire oublier la légende
    Si leur histoire n’est pas aussi célèbre que Roméo et Juliette
    C’est parce que Jeanne a toucher au symbole de la mère infanticide
    et que cela reste effectivement trés choquant
    Modigliani est trés en avance sur son temps.
    Cependant j’ai remarqué une chose…
    Quand tu parles de lui en société, même dans un autre cercle qu’un cercle artistique… tout le monde connait ses femmes au long cou.
    Cela veut dire qu’il a frappé l’émotionnel collectif de toute une génération.
    Ce n’est pas rien !
    Il est un précurseur.
    Bonne journée à toi
    Jacky

  5. 6 07 2010
    Alain (13:36:35) :

    Exact Jacky ! Les plus grands artistes sont ceux dont on se souvient toujours. Les chansons de Brel ou Ferrat restent à jamais imprimées en nous.
    Encore la poésie…

  6. 7 07 2010
    poemesalacarte (05:23:09) :

    Merci de ton passage Alain

    Comme je le dis souvent, tous ceux là ne font pas partie de l’histoire de l’art.
    Ils sont l’histoire de l’art !
    ils ont donné une direction ou une teinte particulière à leurs oeuvres
    ils resteront trés longtemps dans l’imaginaire et l’émotion
    a+
    Jacky

  7. 13 07 2010
    poemesalacarte (21:39:57) :

    BONSOIR A TOUS CEUX QUI VONT LIRE LES COMMENTAIRES
    DE CET ARTICLE;
    REGARDEZ LES DEUX PHOTOS DU HAUT ET LE TABLEAU EN DESSOUS
    ET DITES MOI CE QUI VOUS FRAPPE IMMEDIATEMENT
    A+
    jACKY

  8. 17 07 2010
    Talisman (10:25:05) :

    En ce qui concerne les photographies et le tableau la ressemblance est frappante notamment le regard. Le peintre est représenté presque à l’identique mais sa femme, bien que modifiée reste tout à fait reconnaissable par son regard et ses cheveux.

    Bye,
    Talisman

  9. 18 07 2010
    poemesalacarte (16:50:14) :

    Bonsoir Talisman

    Merci de ton passage

    comme toujours tu vois bien les choses
    Modigliani a fait un auto-portrait de lui
    d’une manière figurative absolument remarquable
    certains détails relèvent plus de la photo tellement
    il est précis ( voir aussi le pull) !
    Cependant il peint Jeanne d’une manière qui ressemble à la peinture « particulière » des impressionnistes bien qu’il ne soit pas exactement à classer parmi eux.
    Le but de cette technique s’attacher avant tout à l’émotion
    et à l’impression…et aux couleurs
    Certains critiques disent que lui et VVGogh peignaient les âmes.
    Ce qui est certain, c’est que cette façon de peindre en « dématérialisant » la réalité ouvrait la porte à l’art moderne.
    a bientôt
    Jacky

  10. 25 07 2010
    poemesalacarte (17:10:22) :

    Bonsoir a tous

    Dans le commentaire précédent j’ai posé la question
    de la peinture figurative et abstraite ( ou en passe de le devenir )
    pour préciser que la peinture et la sculpture ont suivies toutes les deux le chemin de l’abstraction, une expression ou la forme disparait.
    La musique contemporaine a pris exactement le même chemin.

    L’écriture reste à la traîne car personne n’a encore esquissé l’abstraction du verbe ou du mot.
    Qu’est-ce que cela pourrait être d’ailleurs ?
    Un mot en couleur avec moins de forme et moins précis dans l’intellect…
    mais plus dans l’émotion.
    La génération de « Talisman » va voir une nouvelle écriture
    elle fera peut être partie des précursseurs.
    A ton tour d’écrire, comme Vincent ou Amadéo auraient peint !
    Vas-y surprend tes ainés ! ce sera une nouveauté dans l’écriture !
    Je réfléchis déjà depuis un moment à cela
    a+
    Jacky

  11. 26 07 2010
    Talisman (14:53:43) :

    Bonjour,

    Je ne connais presque rien à la peinture et à la musique néanmoins ton message me touche.
    Et lorsque tu parles « d’abstraction du verbe et du mot » je pense directement à Rimbaud disant « je fixais des vertiges » qui pour moi décrit le mieux le procédé d’écrire les émotions.
    Cette abstraction en littérature est d’après moi le fait d’écrire des mots qui, mis les uns à côtés des autres n’ont en apparence aucun sens (comme le vers de Rimbaud) mais qui évoque bien à notre esprit des émotions pouvant aller d’une vague idée à une sensation précise.

    Merci en tout cas de tes encouragements,
    Talisman.

  12. 26 07 2010
    poemesalacarte (19:18:42) :

    Bonsoir Talisman

    ta réponse est importante, c’est une des pistes à laquelle
    je réfléchis aussi.
    Connaître l’histoire de l’art nous oblige à prendre conscience
    que l’expression artistique en général « perd de la matière »
    et « gagne de l’esprit »
    C’est une constatation que l’on retrouve ds pratiquement tous les arts.
    Cela nous permet aussi de tracer un chemin.
    c’est passionnant ! car ce n’est pas du hasard.
    J’essaierai bientôt d’écrire ainsi, mais ce n’est pas gagné ! lol
    a+ et merci pour ta réponse
    Jacky

  13. 10 09 2010
    laurearnoux (05:49:01) :

    bonsoir Jacky
    ou plutôt bonjour
    que de talent en parcourant ton blog
    toi au moins sais comment prendre de jolies photos et les mettre sur ton blog!
    bravo!
    ici c’ est plutôt le manque de force mais aussi de connaissance dieu merci des amies me donnet un coup de main je dois terminer mon book pour la fin du mois et scanner des photos bravo encore pour ton originalité!
    pour ta peinture et aussi ton hommage a ce grand peintre
    lorette amitiés

  14. 11 09 2010
    poemesalacarte (07:45:32) :

    Bonsoir Laure ou lorette (lol)

    Je suis passé voir ton blog
    superbe !
    es tu aussi peintre ?
    J’ai vu des toiles sur google
    qui semblent portees ta signature.
    Et j’ai beaucoup aimé
    Merci de ta visite
    a+
    Jacky

Laisser un commentaire




La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume