TANT QUE JE SUIS VIVANT

2 12 2014

Je remercie chaleureusement

PIERRE CLEMENT BERTHOU (mon  cousin )

Pour les photos  de ce texte ainsi  que  pour  la mise en  page 

superbe  travail  !  il faudra recommencer à coopérer.

les légendes des photos  sont  importantes :

toutes  les  photos  de trains  anciens  sont  du  Musée

du chemin de fer de MULHOUSE.

Les photos naturelles ou  historiques ont été prises par PIERRE

à  Arles,  Lourdes, Paris, Freiburg

Les tableaux sont de  Otto DIX 1891/1969

du  grand Maître Salvador  DALI

Le dernier de la liste est de LEONID  AFREMOV

peintre  Biélorusse né  en  1955.

Enfin  pour  ceux  qui connaissent  Jacqueline ( la femme de Pierre )

elle est bien cachée ! cherchez la  !

 

Diapositive1

 

 

Diapositive2Diapositive1

 

Diapositive3

 

Diapositive4_éditéDiapositive2

 

Diapositive5Diapositive3

 

Diapositive6Diapositive4

Diapositive7

 

Diapositive8Diapositive5

 

Diapositive9Diapositive10

 

 

Diapositive6

 

Diapositive11_éditéDiapositive7

 

Diapositive12Diapositive8

 

Diapositive13Diapositive9

 

Diapositive14Diapositive10

 

 

Diapositive15_édité

Tant  que  je suis  vivant

 

C’est dans l’obscurité  qu’il faut  parler à Dieu.

J’ai formé  des mots  sur  mes lèvres en réveillant  mes  rêves

Echange  d’idées en dualité.

Je ne crois pas  en quelqu’un qui pourtant chuchote à mon oreille.

Sans doute  suis je déjà  mort !?

A  ma grande déception il n’a pas  les réponses à mes  questions mais  ses questions  sont  sans  conclusion.

Il espère.

 

Il attend tranquillement le train qui vient  de l’enfance

Et qui chemine  vers  la conscience.

Des  voyageurs sans entrain attendent  leur  dieu sans le voir sur le quai.

Il est pourtant à l’heure que  l’aiguille  appréhende.

L’aiguille en fer forgé  hésite et redescend  de temps en temps 

comme chancelante  dans  un mouvement d’éternité.

Le train s’arrête, il est  d’ailleurs !

De ces mondes incongrus ou le réel s’étend vers un imaginaire figé.

Il est bleu métallique ayant  chauffé  à blanc

Les portes  sont  ouvertes et facilitent l’accès à ceux  qui veulent  monter

Pour  les  plus courageux ils pourront même  sauter en  marche !

Le visage du divin disparait  sur  les vitres sans reflets.

 

Quand  l’égo disparait le miroir est vidé.

 

Dieu est un contrôleur  pourvoyeur de billets.

De la pendule il est le géniteur d’errance.

Il est aussi  le quai qui au départ du train redeviendra un terrain  vague

envahit par les ronces entremêlées vaguement émouvantes en mouvement.

Il est d’abord  le voyageur qui renonce aux pouvoirs

Il est aussi  le siège de celui qui ne sait  ou s’assoir.

 

Il est  tout quand tu acceptes de n’être plus rien mais en restant serein.

 

Jacky

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



4 réponses à “TANT QUE JE SUIS VIVANT”

  1. 3 12 2014
    Gaëtan (13:46:12) :

    Tu dis : « Pour les plus courageux ils pourront même sauter en marche ! »

    Finalement, je ne vais ni sauter en marche, ni attendre que le train arrive, je vais me lever de mon siège et aller demander au conducteur de me céder sa place pour décider de moi même où se trouve mon terminus. Je vais juste ralentir la cadence du train pour y arriver, mais le plus lentement possible, afin de profiter de tous les paysages, de chaque morceau de route, tous les brins d’herbe. Le contrôleur, pourvoyeur de billets ne peut pas travailler sans le conducteur du train !

  2. 3 12 2014
    jacky (17:17:37) :

    salut a toi

    Sans doute ton commentaire fait allusion à ceux qui sautent en marche du train de la vie.
    Ce texte a été écrit avant nos terribles événements familiaux.
    c’est important de le préciser pour les membres de la famille qui passent.

    Ce train là ! et je l’ai clairement précisé dans un paragraphe
    c’est le train qui va de l’enfance à la conscience.
    C’est plus le train de l’évolution de chacun
    relie le texte dans ce sens tu verras que l’égo joue une place importante

    Certains choisissent de remettre cette évolution à la sagesse de la ligne toute tracée… d’autres sautent en marche à l’aventure la plus hasardeuse.

    Chaque personne doit faire des choix ! ses choix !

    Ceci dit certains voyageurs ont fait le choix de ne pas prendre de ticket.
    le jugement moral a un angle différent ici.

    d’autres ne voient pas pourquoi ils obéiraient aux règles du contrôleur ?!
    C’est toute la diversité de la nature humaine.

    Toutefois ! devenir le conducteur du train que se soit celui de la vie ou de l’évolution c’est avant tout ne pas accepter de déléguer son destin
    à d’autres et de penser que finalement devenir adulte c’est avant tout décider de sa vie.
    là ! je suis forcément d’accord !
    l’allégorie d’un texte nous pousse à faire des comparaisons
    et à réfléchir à nos destins.

    Bravo pour ta réponse volontaire.
    Merci pour ton passage .
    Bisou de ton père

    JACKY

  3. 3 12 2014
    Pierre CLEMENT (19:54:00) :

    Bonjour, Jacky,
    « Il attend tranquillement le train qui vient de l’enfance,
    Et qui chemine vers la conscience »:
    une inspiration porteuse d’une pensée fondamentale. Le cours du temps est inversé, « l’Essence » de l’être, devant se révéler et s’extérioriser dans la conscience…la « dualité », avec l’apparition de l’objet….
    La Conscience doit rester vivante, et ne pas s’éteindre dans l’objet .
    L’ego? une enveloppe protectrice autour de l’individu qui lui permet d’exister, de se protéger, tant que la « Conscience » n’est pas vraiment née…une béquille, en quelque sorte, mais redoutable…..
    La question des choix de chacun est une affaire d’Ego, ou de Conscience, selon. Mais l’Inconscient est toujours en embuscade derrière nos choix..
    L’Ego -et son serviteur le Pouvoir- dirigent le Monde; évidence historique sans cesse vérifiée.
    L’Ego peu étouffer la Conscience véritable.
    La vrai liberté serait de pouvoir choisir tout ce qui est déjà déterminé à notre naissance: le siècle, le pays, la famille, notre corps physique, l’intelligence….et tout le reste, c’est à dire beaucoup; car même nos rencontres sont aléatoires…..en apparence….

    J’ai écrit apparence?

    « Par l’apparence extérieure, se manifeste l’intérieur ».
    Gabriel Meurier ; Trésor des sentences (1568)

    C’est alors un certain regard sur le Sens de la vie, de Notre vie, à travers ce que nous avons vécu, ce qui est et sera possible, et tout ce qui échappe à notre contrôle et que nous subissons. Appréhender le sens de ce que nous subissons, un défi !…. »derrière les vitres sans reflet »écrit notre poète.

    Un poème, ton poème, où l’Intuition a saisi au vol et cherche à éclairer ce que la raison aura beaucoup de mal à suivre.

    L’Art ne peut pas être « raisonnable »!
    Car il ne se laisse pas enfermer.

    A+
    Pierre

  4. 3 12 2014
    jacky (22:02:15) :

    Bonsoir Pierre

    Quel beau message qui incite à réfléchir…
    mais aussi a ressentir avec ses émotions au delà du savoir.

    je te cite :
    L’ego? une enveloppe protectrice autour de l’individu qui lui permet d’exister, de se protéger, tant que la « Conscience » n’est pas vraiment née…une béquille, en quelque sorte, mais redoutable…..

    je tenais à souligner ce passage. Brrrrr !

    Tu as raison les vitres sans reflets nous laissent entrevoir que l’art
    est un questionnement sans limite.
    l’art des plus grands artistes m’apporte un véritable apaisement.
    C’est la beauté mise en évidence. Enfin !
    Tout est proposé avec douceur ou véhémence mais de manière si humble.
    c’est la délicatesse des plus beaux esprits soutenue par la technique artistique.
    Je le ressens souvent comme un appel fraternel.

    A mon sens, les rencontres ne sont pas du hasard, surtout quand elles sont ressenties comme fondamentales.
    Merci de ton passage et de ce travail en commun.
    a+
    Ton cousin
    Jacky

Laisser un commentaire




La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume