L’YLAN

27 02 2015

 

arbre-soleil

 

A Jacqueline  BERTHOU Généalogiste Archéologue

Et à son  homologue   homonyme

Julie BERTHOU  Aquarelliste  Astronome

Ce poème m’a fait prendre conscience

Que  vous faites le  même métier. Ou  presque !

 

L’YLAN

Il est né  de la graine dans l’humus  des forêts

Comme une pensée sereine fécondée en secret.

Il a grandi racine avant de voir le jour

La lumière le fascine en rodant tout autour.

 

Accouchant en luttant un bourgeon est sorti

Un instant émouvant un plongeon dans la vie.

Et de pousse en bouton de rejet en bouture

Un drageon qui perdure et des feuilles en verdure.

 

Il est là ! Cet enfant qui s’appelle L’YLAN.

Il respire le vent. Il se souvient du temps

Ou  rampant sous la terre se sentait émergeant.

Potentiellement ouvert  à un soleil couvert.

 

Et  d’années en étés de saisons en automnes

De printemps ajoutés en hivers qui frissonnent.

Il est devenu grand  puissant comme un géant

Maître de l’unité de sagesse exhalée !

 

Rien ne l’a fait plier parmi les éléments.

Les ancêtres humains ont gravé de leur main

Le nom des descendants de leurs petits enfants.

Pendant mille ans ! Leur généalogie s’étend !

 

L’arbre des destinés meurt à maturité.

Un temps déraciné ses ramures ont creusé

S’enterrant à l’envers ses racines dans les airs.

L’espace intermédiaire embrasant l’atmosphère.

 

 

Par lui montent et descendent les médiateurs des cieux

Invisibles et visibles héros et demi dieux.

Vrai schéma de la réciprocité durable.

Cycle des  arbres, poésie chantée des fables.

 

 

 img2217

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



8 réponses à “L’YLAN”

  1. 27 02 2015
    poemesalacarte (00:44:57) :

    Bonjour a tous

    Cet arbre renversé et insolite est bien le signe de la coexistence de la réciprocité cyclique.
    cette idée conduit à celle d’union entre le continu et le discontinu., l’unité et la dualité, au glissement symbolique de l’arbre de vie à l’arbre de la connaissance.
    Les aquarellistes et les archéologues font bien le même métier.
    Jacky

  2. 27 02 2015
    010446g (11:18:21) :

    magnifique poème
    j’aime beaucoup vos écrits

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Radotage (20 mars 2011)

  3. 27 02 2015
    jacky (13:06:07) :

    MERCI de vos passages réguliers
    cela fait toujours plaisir

    A bientôt

    Jacky

  4. 28 02 2015
    Julie B (23:06:10) :

    Bonsoir,
    Toujours ce thème de la réminiscence, il te tient à coeur. Mais peut-être que cette fois ci il est plus compréhensible de part la comparaison avec l’arbre dont les racines plongent dans la terre comme les souvenirs semblent parfois dépasser la mémoire. J’ai du mal toutefois à comprendre l’avant dernière quatrain, probablement par manque de ponctuation. J’ai bien compris que tout se renversait et que l’arbre étendait ses racines dans les cieux, mais comment en est-il arrivé là ?
    Quand tu parles d’union entre le continu et le discontinu, cela me rappelle ton histoire de multiples facettes. Au fond c’est pareil : tout n’est pas blanc ou noir mais un dégradé de couleur. Et quand les arbres sont suffisamment grand, il nous suffit de lever le regard pour avoir l’impression qu’ils s’étendent dans les cieux.
    Pourquoi cette dernière image du Christ ? Quel rapport ?
    Bonne soirée,
    Julie B.

  5. 1 03 2015
    jacky (10:24:31) :

    Bonjour Julie

    je commence ma réponse en te parlant de l’image finale.
    c’est l’homme de Vitruve dessiné par Léonard de Vinci en 1490
    d’après un livre légèrement plus ancien :
     » dit « de Vitruve en 1414.
    Mais tu as raison léonard l’a dessiné avec une ressemblance évidente
    à l’idée que l’on se fait de l’image du christ.
    il avait ses raisons.
    C’est généralement l’image qui vient à l’esprit pour représenter l’homme
    au centre de l’univers à cause des figures géométriques qui ont un sens
    occulte ( pour employer un mot qui t’amuse ).
    Concernant l’arbre à l’envers
    tu me demandes comment en est il arrivé là !?

    Des milliers de pages ont été écrites sur ce sujet qui reste bien
    évidemment symbolique dans tous les pays et religions du monde.

    L’arbre a toujours été inversé car ses racines sont célestes.
    car nos racines humaines sont célestes.
    C’est pourquoi l’arbre de vie est à l’endroit
    et celui de la connaissance est à l’envers.

    C’est tout un chemin spirituel de le voir inversé.
    Je connais trois chemins qui permettent cela.

    Le premier :
    la foi au sens religieux et dogmatique du terme avec son corolaire
    heureux qui croient sans voir.
    Je connais des gens parfaitement honorables et cohérents qui pratiquent ce chemin.

    Le deuxième:
    La science qui permet d’expliquer les phénomènes en les argumentant
    et en les démontrant.
    Malheureusement elle nous laisse souvent bien seul devant les grandes questions universelles qui ne relèvent pas de sa méthode d’investigation.

    La troisième :
    l’inconnu innommable et silencieux et les voies de recherches
    diverses et variées concernant toutes les nouvelles approches d’une définition globale de l’humanité.
    Je ne citerai pas une discipline plus qu’une autre
    pour ne pas faire de préférence.
    elles sont toutes des questionnements comme l’art qui en fait partie.

    à bientôt et merci de ton passage.

    Jacky

  6. 3 03 2015
    Jacqueline CLEMENT BERTHOU (20:01:22) :

    Bonjour,
    C’est Pierre qui écrit. Publié le 27 février, ce beau poème?….le jour de mon anniversaire….encore une de ces délicatesses du destin. Comme dans un rêve initiatique, on voit passer des images chargée de symboles, le langage des « au-delà de la conscience ». La pensée libre et créatrice émerge dans la conscience avec des images et récits symboliques. L’Arbre, avec sa référence généalogique, mais plus encore, reliant les énergies de la Terre à celles du Cosmos.
    Une autre perspective révèle l’Arbre de vie, la Sagesse universelle, fluide dans un mouvement perpétuel d’échanges et d’équilibre, et l’Arbre de la connaissance, inséparable de la Mort. La Mort, prix de la Conscience éveillée, individuelle et objective….était-ce là ton intuition?
    Ton commentaire sur les « trois voies » peut nous éloigner d’une autre approche, pourtant essentielle, qui reconnait la différence entre la voie large et facile tracée d’avance par le collectif, la communauté, la société,
    et le sentier où l’Individu s’engage seul, car c’est Sa voie. Sur ces chemins là, le mot « croyance » est mort de sens, et le mot « Connaissance », débarrassé de son contenu savant, utilitaire et technique, redevient une force de Vie, de Liberté et de Créativité….et d’Amour. La « voie large » est en fait une illusion, une des formes de la Maya orientale….
    Voilà où j’en suis, avec ton poème sur ce grand arbre, l’Ylan…qui m’a entraîné dans des rêveries et des réflexions, alors que Jacqueline et moi voulions plus simplement te féliciter et te remercier pour ce bel ouvrage
    Bonne soirée
    Pierre

  7. 3 03 2015
    Jacky (22:32:24) :

    Bonsoir Pierre

    En premier lieu bon anniversaire !
    Nous allons cocher le calendrier universel
    sur lequel figure tous les membres de la famille
    pour ne pas oublier l’année prochaine.

    Pour bien expliquer le choix du nom de cet arbre
    il faut savoir que l’Ylan s’écrivait différemment il y a bien longtemps
    l’apostrophe était devant le L
    soit »’lylan en Araméen ancien.

    je te cite :
    Comme dans un rêve initiatique, on voit passer des images chargée de symboles, le langage des « au-delà de la conscience ». La pensée libre et créatrice émerge dans la conscience avec des images et récits symboliques. L’Arbre, avec sa référence généalogique, mais plus encore, reliant les énergies de la Terre à celles du Cosmos.

    Oui ! c’est ce que j’essayais de faire passer modestement.

    Pour ta deuxième question sur la nature de mon intuition
    difficile de répondre en quelques mots.
    La mort et la vie étant liées dans mon esprit
    jusqu’à la confusion, il serait sage de définir ces mots.
    Ce sera j’espère un jour le thème d’un débat face à face
    pour plus de clarté.

    Pour les 3 voies que je cite ce sont trois voies que j’ai repéré mais qui sont loin de boucler une liste définitive.
    Ce serait présomptueux de ma part.
    J’ai voulu dire que la 3eme est vaste car elle regroupe toutes les démarches individuelles et collectives et toutes les initiatives
    pour améliorer la perception du réel et la notion d’imaginaire.

    Ce que j’ai cru longtemps :
    c’est que si il y a, quelque part, une vérité universelle
    elle est forcément hors de portée d’un être humain.

    Ce que je crois maintenant :
    c’est que chaque geste, chaque rencontre, chaque action, chaque décision
    change le cours de notre existence.

    le peu que je sais aujourd’hui :
    c’est qu’il faut juste travailler dans tous les domaines et approfondir ce que l’on croit
    pour le transformer en ce que l’on sait.

    Le chemin de l’évolution est un soleil qui se lève indéfiniment
    et j’adore ça !

    Bonjour à Jacqueline

    A Bientôt et merci de ton passage et de tes commentaires si profonds.
    On rêve à te lire à des mondes qui restent à peindre.

    Bravo !

    Jacky

  8. 20 03 2015
    jacky (20:21:59) :

    commentaire pour infos

    L’Arbre Du Monde, l’Axis Mundi

    L’Arbre du monde, parfois appelé aussi l’arbre cosmique, est un symbole traditionnel extrêmement Répandu au sein de toutes les traditions et il figure, de fait, dans le panorama de presque toutes les mythologies. Ce thème très ancien, probablement aussi vieux que l’humanité elle même, possède comme la plupart des symboles traditionnels une symbolique riche, plus encore, il occupe une place très importante dans les mythes et religions, en raison peut-être de son universalité et de la profondeur de sa signification.

    De multiples variantes existent, et en tant qu’axis mundi, il se rencontre par exemple, dans l’épopée Arthurienne de manière figurée dans la table ronde, ou encore dans la Kaa’ba, et partout ou l’idée de centralité est évoquée comme dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes ou bien en tant qu’objet miraculeux, il a pu prendre l’apparence de la « sainte lance » qui perça les flancs du Christ. On le retrouve dans le mythe biblique de la genèse là précisément où s’enroulait le serpent tentateur, et sous l’espèce du caducée, il n’a pas d’autre signification, dans l’épopée des Argonautes c’est encore à un arbre qu’est suspendue la fameuse toison d’or, et l’on pourrait facilement multiplier les exemples.

    Cet arbre cosmique peut donc, représenter l’être intérieur dans le microcosme ou alors sur un plan macrocosmique on pourrait légitimement y voir tout comme l’hindouisme l’enseigne la force centrale et inerte de shiva autour de laquelle la maha kundali, la kundalini cosmique est enroulée. L’idée qui découle du survol de cette symbolique, est qu’une force terrifiante, dissolvante et pourrait-on dire « mercuriennes » (en se plaçant du point de vue de l’hérmétisme) , est liée à l’homme dans sa verticalité, lorsqu’il veut s’arroger une dignité, une position supérieure, à celle de l’humanité déchue, et lorsqu’il tente de réintégrer l’état adamique ou originel, le dragon, la créature monstrueuse ou bien le serpent, ou un gardien est toujours là pour essayer de l’en empêcher.S’il réussit ce sera un héros, s’il échoue à l’instar de Prométhée, ce sera la conclusion d’un destin de titan.
    a l’heure des bilans.
    quand la mort nous attend.
    que pourrons nous dire de nos choix ?!

    votre serviteur

    Jacky

Laisser un commentaire




La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume