• Accueil
  • > L’adjectif qualificatif 2eme version

L’adjectif qualificatif 2eme version

16 11 2016

Bonjour a  tous !

Voilà  la  deuxième version  d’un  petit  texte ayant  le  même  thème  que  le  poème précédemment publié sur  l’adjectif  qualificatif.

Le but  est  de mettre en comparaison  les  vers  et la prose afin de souligner  le mieux possible  les  différences d’expressions.

je dois  vous  faire une confidence ! La  prose  m’a donné  beaucoup plus de mal  !

je  me suis  fais  conseiller  par  mon amie  Julie qui, comme  d’habitude, ne m’a pas fait  de cadeau.

Voici  le  résultat  ci dessous.  N’hésitez pas  à donner  votre avis !  C’est  le but !

feu-de-bois

L’adjectif qualificatif  (  en  prose )

 

Je ne vous ferais pas  un  cours de grammaire, je ne suis pas un professeur de français. J’ai oublié  toutes ces  règles depuis bien longtemps. L’adjectif s’enfante  lui-même, à  l’infini. Ce que je sais de lui, aujourd’hui, c’est qu’il peut se déguiser en  nom ou même  en verbe. Si  tous  ces mots  sont  dessinés  par  la poésie qui les porte, l’adjectif  qualificatif c’est la  fumée  d’un feu de bois qui  parfume la rougeur de la flamme au  début d’une  soirée  d’automne. Mystère  multi-millénaire  d’une sécurité retrouvée. C’est la beauté  des mots mariée à la limpidité  des idées. C’est aussi un complément  d’objet  direct de l’émotion quand tes yeux reflètent  mon regard. Il donne un support  différent à la lumière comme une décomposition  du réel réinventé  par un kaléidoscope envoûté. Chaque touche de luminosité  est conjuguée au plus que parfait qualifié. Peindre,  c’est éclairer notre vie  d’un adjectif  nuancé. Je ne suis  pas  sur  que  mes vers résonnent  clairement vers ma pensée, ils sont trop  souvent  confus au filtre des différences. Je  ne suis  pas certain que  ma prose  chante assez  pour émouvoir  vos âmes ! Un seul chemin sinueux m’apparait au fil de l’écriture ! Vous  parlez  à  toutes et  tous reste ma seule  ambition. En alignant des mots, des verbes et des adjectifs,  je  cherche à  mieux  vous connaitre et donc  à mieux  vous  aimer … tout simplement ! 

Ecrire et parler, c’est pour  moi,  vous faire une déclaration… d’attention !  Avec  la  meilleure intention possible, celle de vous accompagner chaleureusement  lors d’un bref sourire  entre les étoiles.

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



3 réponses à “L’adjectif qualificatif 2eme version”

  1. 30 11 2016
    Clement Pierre (11:07:45) :

    Bonjour, Jacky,
    Je me laisse aller à rapporter quelques impressions fraîches, après cette lecture.
    Aller des formes et codes de la poésie vers la liberté en prose ?….tout en cultivant le poète qui est en toi ! une démarche positive, un + vers davantage de possibilités.
    Mais faire de la poésie en prose ?
    « Un poète est un monde enfermé dans un homme », écrivait Victor Hugo.
    Enfermement de la Vie intérieure, propre à chacun, unique, depuis les profondeurs génétiques et culturelles inconsciente, avec ce besoins d’aller vers la Pensée la plus éclairée.
    Ecrire comme un voyageur découvrant des territoires sauvages et inexplorés, avec les mots parfois usés par le temps ; réinventer un langage sans perdre la fonction même du langage qui demeure sa raison d’être. Ne pas se laisser emprisonner par le langage, et apprendre à le domestiquer.
    Ecrire pour partager la magie, l’émerveillement, mais aussi le tourment et la solitude. Exprimer l’Etre, qui doit sustenter le paraître, le visible.
    Ecrire est alors une quête, Liberté et Vérité.
    Mais les mots réagissent aussi, nous séduisent et nous entraînent, comme les sirènes de la vieille mythologie classique ( j’ose cette comparaison mythique…pour le plaisir..) :
    « Elles charmaient les hommes de leurs chants mélodieux pour les entraîner vers une vaste prairie, couverte des ossements et de chairs desséchées des infortunés marins qui les avaient précédés, et ils y périssaient bientôt. »
    Je fus, et suis toujours confronté à cette épreuve dans l’écriture : la recherche du mot juste, l’accessoire prenant alors le dessus sur le principal, l’intellect emprisonnant l’élan de la pensée vivante dans l’exercice de style.
    « L’adjectif s’enfante lui-même, à l’infini ». Le mot a sa vie propre, survivant, enrichi et travaillé par des siècles de Culture. Se laisser porter par l’Ecriture, sur cet héritage magnifique que nous devons respecter, un art, une jouissance…..mais simultanément découvrir ou inventer notre propre langage dans une subtile harmonie entre le plus personnel, le plus intime et les autres….un défi, un couronnement.
    Je termine ces quelques notes par l’extrait d’un beau texte écrit par une femme – poétesse vivant actuellement en Suisse.
    « Le poète écrit pour se découvrir et découvrir le monde, visible et invisible. Il tend vers une Vérité qu’il pressent, puisant dans l’Absolu pour y parvenir. Car la poésie l’aide à vivre, en ce sens qu’elle libère des émotions vraies qui lui permettent de se connecter au plus près de son âme. Elle est une sorte de révélateur qui, partant du particulier, donne à voir aux êtres l’universalité contenue en chacun d’eux.
    Elle a le pouvoir de relier les gens entre eux, de les accorder et de les faire vibrer. »
    Catherine Gaillard-Sarron
    Bonne journée,
    Pierre

  2. 4 12 2016
    jacky (00:01:32) :

    Bonsoir Pierre

    il va me falloir un peu de temps pour répondre.
    je vais lever mes bras vers le ciel, comme je le fais quelques fois
    pour écouter le chant de étoiles.
    Je sais traduire cette musique là et j’adore ça !
    a+
    Jacky

  3. 9 12 2016
    jacky (20:03:21) :

    Bonsoir Pierre

    Quand j’écris précédemment que je sais traduire cette musique là.
    J’exagère un peu. Je sais juste en parler^^ c’est déjà pas si mal !

    Quand je lève mes mains vers le ciel dans un état de semi éveil,
    de semi sommeil, je sens cette force !
    certains donnent un nom à cette force ce que je respecte
    mais je n’ai jamais senti le besoin de la nommer.
    Cette force est le tout existant ! l’un indivisible !
    inutile donc d’essayer de la décrire !
    elle est l’alpha et l’oméga donc inutile d’essayer de la comprendre.
    Personnellement, je ne connais qu’une seule manière de rentrer en contact avec elle. Mais je suppose sans trop d’effort qu’il y en a bien d’autres ?!

    La manière que j’utilise de plus en plus est une sorte de transe artistique. Pas forcement par l’écriture mais par toutes les formes artistiques enivrantes ou subies. J’emploi ce mot là car par empathie j’essaye de ressentir toutes les émotions de l’artiste créateur.
    C’est à ce moment que la porte de cette force s’ouvre par communion.
    Après j’entre dans la lumière et je me souviens tout simplement
    de la nuit des temps ou ce grand élan de vie est apparu dans l’univers.

    je te cite :

    La plupart des êtres Se laisser porter par l’Ecriture, sur cet héritage magnifique que nous devons respecter, un art, une jouissance…..mais simultanément découvrir ou inventer notre propre langage dans une subtile harmonie entre le plus personnel, le plus intime et les autres….un défi, un couronnement.

    Je sais que vous savez Jacqueline et toi
    qu’il y a plus de mystères sur la terre et au fond des cieux que n’en rêve notre philosophie.

    L’art est une chance de gigantisme tant dans l’émotion
    que dans l’évolution.
    Je veux le fréquenter assidûment et je le fais régulièrement.
    et j’adore ça !
    Bisous

    Jacky

Laisser un commentaire




La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume