LE VEILLEUR

2112018

PHOTOS   DE PIERRE CLÉMENT 

 

Etre la pour ouvrir une porte

 

Le  veilleur

 

S’effacer  derrière  la fonction

Inutile d’avoir un prénom.

Etre la pour ouvrir une porte

Pour  que  la destiné soit  forte.

 

Veiller à  l’essor de l’être

Et  vite… disparaître !

Servir pour  l’avenir

Et  s’enfuir !

 

Ne pas  gêner  encore

Par trop de réconfort.

Faire semblant d’oublier

Le  plaisir  d’apprécier !

 

Ne pas charger la mémoire

Pour  laisser tout  l’espace  à  l’espoir.

Bien sur ne pas signer

Ne  pas accompagner !

 

L’empathie et le respect

Naissent dans le terreau

De nos pensées intérieures.

ils nous guident

vers  l’humilité.

 

Pleurer

C’est embrasser  la totalité

Des souffrances

Avec  lucidité  et silence

 

Je n’ai pas  d’autres intérêts

Que la brûlure  d’aimer

Sans condition !

 

Pour  laisser tout  l’espace  à  l’espoir

 

 




PICASSO

6082016

P1140519a

 

Nous venons  de redécouvrir

Le  musée Picasso nouvelle  version !

L’atelier  sculpture  accompagnés de nos  cousins

Jacqueline  et  Pierre .

Pierre a  pris de fantastiques photos 

de Mademoiselle Picasso et des  œuvres  exposées !

Cette   visite et ces  clichés m’ont inspirés  ce petit  texte

Merci à toi Pierre !

 P1140572b

PICASSO

 

On ne voit  bien  qu’avec  l’esprit

si  le cœur  nous montre  l’envie,

quand  la tête reflète une quête 

notre âme s’enflamme et déclame.

Tempêtes  et  brises lames !

 

L’inspiration  infuse  

par  la beauté  des muses

que  la puissance de l’art  affame,

dans le visage de certaines  femmes.

Reflets de flammes.

 

Autoportrait  d’essai.

Un artiste en abstrait.

Réel qui se défait

Disparaît  stupéfait !

Tableau  complet !

 

La  vérité  guide  le  burin

Quand  la lumière  des  yeux  s’éteint.

Picasso  vient  d’avoir  vingt ans

Pour  toujours,  au delà  du temps.

Éternellement !

 

L’avidité  d’une  œuvre d’art

boit  la  clarté de toute part

Les angles géométriquement

S’encastrent  dans les sentiments.

Passionnément !

 

P1140578a

P1140610b

 

 




AUCUN CORPS

7012016

 

 

88

 

Merci  a Pierre KLEMENT  BERTHOU pour cette belle rencontre 

toutes ces reproductions viennent du site ci desssous

http://www.sylviebaudouin.fr/

merci à  vous  d’aller  voir ce remarquable  peintre 

L’émotion est partout présente !

 

 

117

 

 

Aucun  corps  !

 

Tes yeux  ont accroché  mon  cœur.

Leur éclat me brule en douceur.

Quand la force du feu surgit

aucun mot ne sert  d’alibi.

 

L’instant de l’esprit  m’a frappé

Un regard pour  l’éternité.

Chacun garde comme un doux secret

 qu’aucun recul n’est aux  aguets.

 

Ton appel ne peut aboutir

qu’à l’incandescence du désir.

Aucun plaisir  dans la souffrance

de maintenir  les apparences.

 

Je veux entrer dans ton essence

me régaler de ta brillance.

Aucun raisonnement ne tient

devant  la caresse de tes mains.

 

L’instinct de l’union de nos corps

ne pourra plus attendre encore.

Ce sont  nos âmes  qui font  l’amour

éblouies ! Sans aucun détour !

 

 

 

225

 

 

195

 




L’EXEMPLE !

22012014

sans-titre

merci a talisman

 

L’EXEMPLE

Ils sont  venus sur le rivage de l’amitié.

Reconnaissants,  dans la clarté de l’unité.

Les goélands leur drapeau blanc aux reflets sang

Les cormorans au plumage noir résistant.  

 

Le croissant, l’étoile et la croix

Brillaient ensemble dans la joie

L’aigle royal et le moineau

Se partageaient le même rameau

 

Demain les oiseaux parleront

Quand ils banniront le soupçon

Ils ne sont pas cloués à  terre.

Ce sont des êtres de lumière.

 

MADIBA a figé le temps

Les tempêtes et les océans   

Il nous a montré  les courants

Les alizés,  la rose des vents.

 

MANDELA  je veux dire ton nom

Pour le sculpter sur les frontons.

Comme on défend  la liberté !

En proclamant  l’égalité !

L’enfant de la  fraternité !

 

 

 

 




PRAGUE

24032013

PRAGUE dans AUTRES POEMES page N°5 100_3870_edite100_3889_edite dans AUTRES POEMES page N°5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PRAGUE

 

Couleur suave saveur slave

Douce flamme anagramme

Vague de l’âme vers les femmes

Télégramme pour  Madame.

 

Nostalgique république

Un quintette chez les tchèques

République romantique

La trompette à tue tête.

 

La neige tombe en sons graves

L’octave au fond des caves

C’est la gamme qui divague

Au doigt vous passe la bague.

 

Un visage magnifique

Une république magique

Mélancolique à cœur

Une  douceur mirifique   

 

 

100_3892_edite




REINCARNATION

9042012

REINCARNATION  dans AUTRES POEMES page N°5 edl11-225x300

 

REINCARNATION

J’ai une
soif

Qui m’assoiffe

Et une faim

Qui
m’étreint

Je ne suis
pas venu vierge au monde

J’ai vécu
des passés qui fécondent.

Je reviens
de là bas avec des connaissances

Même si dans ma mémoire il y a des absences.

J’ai peur

En sueur

Des fois

J’ai froid

Je meurs le
soir en gardant tous mes souvenirs.

Je dois me
souvenir que je suis mort avant.

La nuit, une
amie hébétée d’habitudes.

Elle balaie,
au matin, toutes mes certitudes.

J’ai sommeil

D’un éveil

Fatal

Final

J’ai une soif
qui m’assoiffe

Et une faim
QUI m’étreint

J’ai peur en
sueur

Des fois j’ai
froid

J’ai sommeil
d’un éveil

Fatal  final.

Je viens de
naître !

imagesCAA3EWIJ dans AUTRES POEMES page N°5

imagesCAX74DCB

 




LE GRAAL

24072009

1001093dit.jpg

à  JB DE MONTGRESSIN

Chevalier D’ORRY LA VILLE

( les deux tableaux  de cet article sont de MR MALINOWSKI )

 Il l’a trouvé !

Galahad ou Galaad est le fils du chevalier Lancelot du Lac et d’Ellan, fille du roi Pellès, le roi Pêcheur, qui détient le Graal. Son nom vient du gallois Gwalchaved : « faucon d’été ». Il est le plus jeune chevalier de la Table Ronde. Il est le bon chevalier, le seul qui puisse s’asseoir à la droite d’Arthur sur le siège périlleux, comme prédit par Merlin qui l’avait présenté à la cour du roi Arthur. Accompagné de Perceval et de Bohort (le jeune cousin de Lancelot) il sera le seul, au terme de la quête, à pouvoir regarder à l’intérieur du Saint-Graal. Il mourut d’ailleurs juste après car avec ce qu’il avait vu, il ne pouvait plus vivre. Il le tiendra pendant que Bohort, un autre chevalier, y versera le sang du Christ qui se trouvait sur la lance du soldat romain l’ayant blessé au côté (la Sainte Lance ou la Lance qui saigne). Son père Lancelot était lui aussi à l’origine destiné à la quête du Graal mais il fut détourné de la quête par l’amour qu’il portait à Guenièvre.

 uvodnyobr.gif

Le chevalier des temps modernes    (Allégorie Métaphysique)

 

Il marche vers son destin

Une épée à la main

Il a toutes les  « idées-outils »

Dessinées sur ses armoiries.

 

Il a suffisamment  d’humilité

Il sait baisser les yeux devant un roi

Il  peut se battre, contre n’importe quoi !

Sa devise est  «sauver et triompher »

 

Il est prêt pour la quête

Un secret dans la tête.

 

Il sent où est le coffret du calice

Il sait que ses recherches aboutissent

Sans savoir vraiment où aller

Le puzzle  cherche à s’assembler.

 

Il doit savoir que le plus dur

Sera de forcer l’ouverture

Il faut répondre à la question  « Pourquoi » !

Pour en faire quoi ! Le sang du roi !

 

Si…  il boit à la coupe

L’éternité sans doute

Coulera dans ses veines

L’éternité des gènes !

 

Mais avant, il faut répondre à cela

Pourquoi faire ! Et pas n’importe quoi !

 

Même l’altruisme ne suffira pas

A « éponger » cette puissance là !

C’est tout l’esprit de l’univers

Qui se trouve là, au fond du verre.

 

Si…il répond à ce  « Pourquoi » !

Sans grand effort il l’ouvrira.

La bonne réponse, il lui faudra

Un seul essai, il aura droit.

 

Imagine, que ce « il » soit  « tu »

Qu’aurais tu vraiment répondu ?

Non ! N’essais  pas de réfléchir !

Regarde au loin dans l’avenir.

 

Seule la connaissance directe

Portée par une vision correcte

Embrasse la totalité des temps

Tous les êtres et l’essence des éléments.

1001092dit.jpg

Mode d’emploi ……………………( suite du GRAAL )

 

Vous avez toute une longue vie

Pour comprendre quelle personne vous êtes.

Mais juste une seconde infinie

Pour « deviner » ce que vous êtes !

 

C’est l’instant de stupéfaction !

L’imagination, l’intuition,

Embrassent les passés, les présents, les futurs

L’alpha, l’oméga, les au-delàs et l’en deçà…

 

Aucune connaissance intellectuelle

Aucune des sciences de l’éveil

Ne peut répondre aussi bien à « Pourquoi »

Que cet instant d’extase en soi.

 

Mais rien ne peut se faire

Sans l’abandon du  Moi

Il faut vraiment défaire

Les certitudes en soi.

 

S’ouvrir au monde

Brûler son nom

Devenir son ombre

Mourir à fond.

 

Devenir l’univers

Et tous ses composants

L’art est très important

Pour comprendre l’envers.

 

Tout est là…et très clair

Il suffit d’un éclair

Pour devenir celui qui vit

Bien au-delà de l’esprit.

 

Les yeux dans la peinture

Pour un regard plus sûr.

La parole dans les mots

Pour définir le beau.

La musique dans les oreilles

Pour connaître l’éveil.

Les mains dans la terre

Pour sculpter les mystères.

Enfin, l’art dans le corps

Pour danser dans ce décor.

 

 

Sentir confusément que l’on est tout

Puis …le savoir vraiment !

chevalier003.gif

 

 

 

 




IMMENSE

28062009

IMMENSE

 

IMMENSE

 

Je sens l’immense

Au-delà du bon sens

Mon existence est l’impatience

L’impertinence de tous les sens.

 

Quand je regarde les étoiles

Je sais que le ciel est la toile

De l’infini, en transparence

Qui nous renvoie, l’incohérence

 

Je sens l’immense, au-delà du bon sens.

 

Quand je filtre l’intelligence

Et la puissance de la conscience

De certains humains évolués

J’ai peur qu’ils se mettent à rêver

 

Je sens l’immense,  au-delà du bon sens.

 

Quand j’admire dans les  grands musées

Autant de talents, de beautés

Je « sens » que ces très grands artistes

Etaient aussi des alchimistes

 

Je sens l’immense  au-delà du bon sens

 

Enfin quand je plonge apeuré

Au fond de mon esprit voilé

Je vois des milliards de chemins

Certains non même pas de destin

 

Je sens l’immense au-delà du bon sens

 

 

J’ai couru très  longtemps, après cette vérité

Je voulais caresser les preuves d’éternité

Et pourtant tous les jours, je pouvais constater

Que mon pouvoir d’aimer est là,  illimité !

 

Je sens l’immense !

Couronné de bon sens

 




LA MONTAGNE

23062009

lelecdegaube.jpg

 

LA MONTAGNE

 

Quand la montagne se réveille

Devant tes yeux qui  s’émerveillent

Tu ne vois pas seulement la pierre

Mais tu ressens aussi la terre

 

Tout ce que l’homme a oublié

Tu peux ici le retrouver

En contemplant ces grands sommets

Aux cimes blanches et enneigées.

 

Il sort du cœur de la montagne

Une chaleur qui te gagne

Et qui réchauffe ton esprit

En le ramenant à la vie

 

Si tu refuses les forêts

Si tu refuses les torrents

Tu trahis tout ce que tu es

Tu trahis aussi tes enfants

 

L’homme est marié à la prairie

Il a besoin de la nature

Mais il la souille sans mesure

En se vautrant dans son grand lit

 

Il n’y a plus que dans les monts

Que l’air est frais et vraiment bon

Et sur le reste ou nous vivons

Y’aura- t’il place pour nos poumons

 

Nous avons dosé le poison

Et bien soigner notre bouillon

Il va falloir l’avaler

Et j’ai bien peur d’en crever

 

 

 

 




LES LIENS

22062009

fistons153.jpg

 

LES  LIENS

 

Ce qui nous unit est le lien

Qui relie hier à demain

Je suis le passé bien présent

Vous êtes l’avenir de l’instant.

 

Je suis vos racines à moitié

Vous êtes mon feuillage en entier

Cela s’appelle les liens du sang

Ceux de l’amour et du vivant.

 

Vous m’avez donné la grande joie

D’être couronné «  père » deux fois

J’ai tant appris, en vous guidant

Que je vous suis reconnaissant.

 

Quand je vous fais une promesse

J’essaie qu’elle rime avec sagesse

Je vous la fais dans l’allégresse

Je vais serein vers la vieillesse

 

Quand je devrai quitter la terre

Je vous léguerai ce grand « mystère »

Vous sentirez ces liens puissants

Qui vous attachent à tous les temps

 

On fait « partie » de la famille

Des êtres humains qui s’éparpillent

Nés sur la terre pour l’éphémère

Rebondissant dans l’univers.

 

Ce qui nous unit est le lien

Qui  relie hier à demain

Je suis le passé bien vivant.

Vous êtes l’avenir mes enfants !

 

 

 

 

 

 







La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume