La Belle ISEA

14112015

ISEA  se  prononce  izea

c’est  le  prénom de notre  première  petite fille née  le  07 Novembre

Nous ( les  grands  parents ) avons  écris à  nos  enfants ce petit  poème  à quatre mains

QUEL  BONHEUR !

et quelle sérénité sur  ce  visage  du  premier  jour !

Bienvenue à  toi  ISEA

 

DSC_0024_édité

NAISSANCE

 

Tu es le fruit de nos enfants

Nous serons là tous bienveillants.

Pour accueillir tes premiers mots

Les recevant comme un cadeau.

 

Dés à présent tu réjouis tes ainés.

Unis en rêvant à ta destinée !

Ton avenir n’est écrit nulle part

Qu’il soit heureux est notre espoir.

 

Tes parents vont guider ta route

Leur attention à ton écoute.

Nous serons là quand tu voudras

Pour te serrer entre nos bras.

 

Nous attendons, tous, tes sourires

Pour les peindre en éclats de rire,

En  t’accompagnant vers demain

Par des regards tendres et sereins.

DSC_0030

 

 




FEMMES

28062015

femmes   1

J’aime  bercer  toutes  les  âmes féminines

Je  désire serrer leurs émotions dans mes soupirs.

Comment  ne  pas  faire  le lien avec les plus  grandes villes

De cette  si  belle Europe.   

Toutes  les femmes sont uniques.

 

femme  4

 

C’est la blonde Amsterdam

Reflétée dans les eaux du Jordan

C’est le corps de la femme

Caressé  par le jazz qui s’enflamme.

 

C’est Athéna  la  brune !

Dans son regard la brume.

La  chaleur  du désir   

la fougue d’un lent  plaisir.

 

C’est Vienne et ses yeux  bleus

Le  Danube  dénudé.

Profondeur insensée

D’un poème amoureux.

 

Barcelone et  Lisbonne

Sœurs de sang ibériques

A l’accent  colérique

Qui dans mon cœur  résonne.

 

Florence  et ses romances

De sculptures en peintures

Dans un talent immense

Est un baiser  qui dure.

 

Enfin Rome épanouie !

C’est  la femme et l’envie.

Sacre de la maturité

D’un bel esprit efféminé.

 

 femme 5

 

 

 

 

 

 

 




UN VISAGE LIBRE

6122014

 

090327025505492047

 

Un  visage libre

 

Voici  quelques traits crayonnés

Ombres et  reflets réinventés.

Un visage  beauté  naturelle

Des yeux qui regardent le ciel.

 

Quand le regard a cette profondeur  là

C’est que le ciel regarde aussi en toi.

Nous n’avons pas besoin de  religion  

Pour savoir  que l’être humain est profond.

 

Pas de références adossées

à des certitudes enlisées.

Ces yeux là  m’entrainent à chercher

Et à casser  mes  vérités.

 

Faisons confiance à la nature

À  ses appels subtils et surs.

Veux-tu apprendre les paysages

De l’être humain par son visage. ?

 

 

 




TANT QUE JE SUIS VIVANT

2122014

Je remercie chaleureusement

PIERRE CLEMENT BERTHOU (mon  cousin )

Pour les photos  de ce texte ainsi  que  pour  la mise en  page 

superbe  travail  !  il faudra recommencer à coopérer.

les légendes des photos  sont  importantes :

toutes  les  photos  de trains  anciens  sont  du  Musée

du chemin de fer de MULHOUSE.

Les photos naturelles ou  historiques ont été prises par PIERRE

à  Arles,  Lourdes, Paris, Freiburg

Les tableaux sont de  Otto DIX 1891/1969

du  grand Maître Salvador  DALI

Le dernier de la liste est de LEONID  AFREMOV

peintre  Biélorusse né  en  1955.

Enfin  pour  ceux  qui connaissent  Jacqueline ( la femme de Pierre )

elle est bien cachée ! cherchez la  !

 

Diapositive1

 

 

Diapositive2Diapositive1

 

Diapositive3

 

Diapositive4_éditéDiapositive2

 

Diapositive5Diapositive3

 

Diapositive6Diapositive4

Diapositive7

 

Diapositive8Diapositive5

 

Diapositive9Diapositive10

 

 

Diapositive6

 

Diapositive11_éditéDiapositive7

 

Diapositive12Diapositive8

 

Diapositive13Diapositive9

 

Diapositive14Diapositive10

 

 

Diapositive15_édité

Tant  que  je suis  vivant

 

C’est dans l’obscurité  qu’il faut  parler à Dieu.

J’ai formé  des mots  sur  mes lèvres en réveillant  mes  rêves

Echange  d’idées en dualité.

Je ne crois pas  en quelqu’un qui pourtant chuchote à mon oreille.

Sans doute  suis je déjà  mort !?

A  ma grande déception il n’a pas  les réponses à mes  questions mais  ses questions  sont  sans  conclusion.

Il espère.

 

Il attend tranquillement le train qui vient  de l’enfance

Et qui chemine  vers  la conscience.

Des  voyageurs sans entrain attendent  leur  dieu sans le voir sur le quai.

Il est pourtant à l’heure que  l’aiguille  appréhende.

L’aiguille en fer forgé  hésite et redescend  de temps en temps 

comme chancelante  dans  un mouvement d’éternité.

Le train s’arrête, il est  d’ailleurs !

De ces mondes incongrus ou le réel s’étend vers un imaginaire figé.

Il est bleu métallique ayant  chauffé  à blanc

Les portes  sont  ouvertes et facilitent l’accès à ceux  qui veulent  monter

Pour  les  plus courageux ils pourront même  sauter en  marche !

Le visage du divin disparait  sur  les vitres sans reflets.

 

Quand  l’égo disparait le miroir est vidé.

 

Dieu est un contrôleur  pourvoyeur de billets.

De la pendule il est le géniteur d’errance.

Il est aussi  le quai qui au départ du train redeviendra un terrain  vague

envahit par les ronces entremêlées vaguement émouvantes en mouvement.

Il est d’abord  le voyageur qui renonce aux pouvoirs

Il est aussi  le siège de celui qui ne sait  ou s’assoir.

 

Il est  tout quand tu acceptes de n’être plus rien mais en restant serein.

 

Jacky

 

 

 

 

 

 

 

 

 




LES AMIS DE L’AUTOMNE

8112014

LE  VENDREDI  14   NOVEMBRE

CERTAINS DE NOS AMIS « ARTISTES »

PEINTRES MUSICIENS POETES ET ECRIVAINS

SALUENT LA VENUE DE  l’AUTOMNE ET FETENT  AUSSI  L’AMITIE !

 

images

 

Les Amis de L’automne !

 

L’automne déjà frissonne

Barbara  aiguillonne 

les pinceaux de l’automne.

ses couleurs  impressionnent.

 

Solange rêve et  rayonne

Ses rimes  vibrent et  tâtonnent. 

Elle écrit pour l’automne !

Dans l’émotion championne.

 

Peter Rogers pistonne

avec son saxophone. 

La musique emprisonne

Un automne qui s’étonne.

 

Quand les poètes raisonnent

Tous les bons mots brouillonnent.

Ceux de Julie bouillonnent

Quand ses pensées détonnent.  

 

La douceur de l’automne

Joue un air monotone.

Alain peint et crayonne

Des amours qui claironnent.

 

C’est l’automne pour Jacky

Qui pour les hommes écrit

« Et toi ! Marie Christine  Tu  chantonnes »    

Comme personne ! Tu dessines notre  automne.

 

Et  pour  tous les absents

Que cet automne attend

Les feuilles brunes  coloriées

De nos arbres endeuillés

Vont servir de papier

Pour écrire l’amitié.

 

 




DESERT

7082014

TRADUIT EN  ARABE  PAR  IMANE  MOQAL

MERCI A TOI

 

images[3]

A SOLANGE CHENNAHI

Musique du  SAHARA

 

Promenade sur la gamme,  émotion qui s’enflamme

Ton âme est une lumière que mon esprit espère.

Je suis là pour aimer !  Et servir l’étranger.

Choyer  la différence est une fidélité.

 

Etre un enfant du monde que la beauté  féconde

Espérance  vagabonde et frayeur  moribonde.

Je lutte à ma manière contre ces temps amers

Repousser cette haine que la folie entraine.

 

Je suis un amoureux des pays merveilleux

Ceux dont la tolérance rime  avec évidence.  

Désert en toi j’espère écris moi tes mystères

Désert,  libère la terre désaltère  les frontières.

 

 

Jacky

TRADUCTION EN ARABE DU POEME

 

img021  b

 

 

TRADUCTRICE  IMANE  MOQAL

 




UN VIEUX SAC

29052013

UN VIEUX SAC dans AUTRES POEMES page N°2 h-3-1340136-1234368377-300x199

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE SAC DE VOYAGE

 

Perdu un vieux sac de voyage

Un peu usé faisant son âge

D’un aspect plutôt familier

Trop anonyme comme par milliers

 

Mais qui donc l’avait oublié ?

Une femme morte,  enterrée

Ou bien des enfants divisés

Volants vivants leur destiné

 

Il avait perdu son maintien

Brisé par des temps incertains

Par des voyages, des émotions

Des jours de pluie et de  frissons

 

J’ai dénoué sa cordelette

Comme on ouvre une cachette secrète

Savoir que mon âme était prête

A ce coupe tête, à  ce casse tête.

 

Dans le tréfonds de cet abime

Des crimes et des rimes sublimes

Des visages et des corps de femmes

De paris jusqu’à Amsterdam.

 

Des croyances et des idéaux

Puis des cadenas familiaux.

Dans un petit coffret doré

Un grand amour désappointé.

 

Et tout au fond du baluchon

Dans un sidéral tourbillon

J’ai découvert émerveillé

La clef des songes et ses palais

 

cgb1020-300x300 dans AUTRES POEMES page N°2




LE JOUEUR DE FLUTE

4032013

LE JOUEUR DE FLUTE dans AUTRES POEMES page N°2 sophie-tith-sur-scene-234x300sophie-tith-nouvelle-star-300x173 dans AUTRES POEMES page N°2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=Svmy8ESngy8

 

Le joueur de flute

 

Ces jeunes là ont déjà vécu

Dans un autre ailleurs absolu

Ils viennent porter l’humanité

Dans un moment désespéré.

 

Ils reviennent ainsi nous aider

Pour nous offrir la liberté

Ils ont vécu au Moyen âge.

Ils étaient chevaliers ou pages

 

Ils reviennent pour les temps finis

Explorateurs des infinis

Merveilleux et nobles d’esprits

L’art est au centre de leur vie.

 

Auteurs sculpteurs ou musiciens

Ils viennent dessiner un chemin

La dernière chance avant la chute

Comme la musique du joueur de flute.

 

Même si le temps est déjà mort

Ils seront l’alibi encore.

Comment ne pas les épargner

Devant  tant de félicité.

 

 

 

 




CHANT CELESTE

26082012

CHANT CELESTE dans AUTRES POEMES page N°2 15370560821-300x225

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chant céleste

Je vais  t’écrire des mots d’ailleurs

Des mots sans peine des mots sans peur

De ceux qu’on voit sur l’horizon

De ceux qu’on sent quand il fait bon

 

Ces quelques phrases qu’on dit tout bas 

Quand on revient de l’au-delà.

De ce qu’on dit, pour dire l’absence

Sans vouloir dire des évidences

 

Je veux t’écrire les mots du cœur

Qui riment toujours avec ailleurs

Le bel amour chante à distance

Tout le désir de l’espérance.

 

Tu m’as manqué dans l’écriture

Dans les accents dans les tournures 

Sur tous les fronts, j’écris ton nom

De l’émotion à l’intuition.

 

Tu t’en vas comme je te poursuis

Je sens le vide au fond du lit

Puis tu reviens dans l’invention 

Tu te prénomme l’inspiration !

 

Je vais renaître  entre tes bras

C’est l’univers qui me dit ça !

J’entends la mélodie des temps

Celle qui murmure au firmament !

 

J’ai une oreille dans les étoiles

C’est elle qui vient peindre ma toile

Elle veut dire à tous les mortels

Que la beauté est éternelle.

 

tatouage-oreille-etoiles-300x207 dans AUTRES POEMES page N°2

 

 

 

 

 

 

telescope-hubble-3423111-300x258

 

 




100eme

12092010

 QUELQUES CHIFFRES

C’est le centième texte en ce 12/09/2010

sur ce modeste Blog qui ne serait  rien du tout,  sans vos nombreux  passages

qui sont actuellement  de 92.592

Je vous remercie chaleureusement de vos 331 commentaires

et de quelques trés  belles rencontres virtuelles ou réèlles

MERCI A CEUX QUI M’ONT AIDES ! ( ils se reconnaitront )

Pour  cet anniversaire numèrique, j’ai voulu vous faire partager cette idée !

L’art se glisse doucement dans la ville ! amsterdam047.jpg

Les photos qui accompagnent ces quelques phrases ont été prises 

par votre serviteur un peu  partout, en Europe du nord principalement.

amsterdam292.jpg

 

L’art  vous ment

 

A l’aube de ce nouveau siècle,

                de ce nouveau millénaire…

L’art voudrait nous faire croire

Qu’i l n’est que le reflet artistique de notre époque

Alors qu’il se prépare à prendre le pouvoir.

amsterdam230.jpg

Le monde ancien se meurt …

Rien n’est triste,   c’est juste… de l’histoire !

juinetjuillet2010complet019.jpg

 

Sur les ruines d’un siècle industriel  vieillissant

L’espoir d’un monde meilleur renait artistiquement.

Les larmes lentement….. éléments larmoyants.

amsterdam234.jpg

L’art nous ment ardemment, l’art dément alarmant

Arrivé doucement, l’art élégant surprend.

Arc-en-terre, Arc- en- ciel, de l’espace spirituel !

amsterdam088dit.jpg

Au centre ville, il entre par des centres subtils…

 

juinetjuillet2010complet038.jpg

Le monde se meurt statique, d’un futur artistique

L’artère et la manière, redessine la matière !

L’armateur voit l’ailleurs, d’un nouvel art majeur

Le bonheur détonnant est à l’heure des enfants !

museeartmoderne068.jpg

amsterdam232.jpg







La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume